Jean-Paul II sur les traces de Karol Wojtyla

Print Friendly, PDF & Email

Emotion intense dimanche après-midi

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

ROME, lundi 19 août 2002 (ZENIT.org) – Le pape est apparu hier soir à la fenêtre de l’archevêché de Cracovie, où il est logé pendant son séjour en Pologne, pour chanter avec les centaines de fidèles massés autour de sa résidence et leur dire combien il serait heureux de revenir dans sa patrie.

Après avoir entonné d’une voix forte une chanson polonaise « Bienvenue, alleluia », il n’a pas caché sa tristesse en se rendant compte que c’était la troisième et la dernière de ses apparitions spontanées à la fenêtre de l’archevêché, car son 8e voyage en Pologne touche à sa fin.

« A celui qui part, on dit: reviens! A-t-il dit, reprenant un dicton polonais. C’est ce que je souhaite et je crois que vous le souhaitez aussi ».

Après la béatification des quatre polonais sur l’esplanade du parc de Blonie, à Cracovie, à laquelle ont participé plus de deux millions de fidèles, le pape s’est rendu dans des lieux particulièrement liés à son enfance, à sa jeunesse et à son apostolat.

Il est d’abord allé prier dans la cathédrale de Wawel (de style gothique, construite entre 1320 et 1364). C’est dans une petite chapelle de la cathédrale qu’il avait célébré sa première messe, le 2 novembre 1946, le lendemain de son ordination sacerdotale.

Dans un profond silence, le Saint Père a prié et lu son bréviaire, pendant plus d’une demi-heure. Il s’est ensuite dirigé vers l’église de Saint Florian, où il fut vicaire. Il a évoqué la mémoire des curés avec lesquels il avait travaillé et embrassé de nombreux enfants qui lui ont remis des bouquets de fleurs, sous les applaudissements de la foule massée le long des rues.

Jean-Paul II s’est ensuite rendu au cimetière de Rakowice où sont enterrés sont père Karol, sa mère Emilia et son frère Edmund. Sans descendre de la « papamobile », appuyé sur la fenêtre baissée, le pape s’est recueilli pendant quelques minutes. Puis il a allumé trois bougies qui ont été placées sur la tombe où avaient été disposés des bouquets de fleurs.

La mère de Karol Wojtyla est décédée alors qu’il n’avait que 9 ans. Son frère est mort deux ans plus tard et son père, lorsqu’il avait 21 ans.

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel