Faire un don
Le pape embarque à bord d'un avion Alitalia @ L'Osservatore Romano

Le pape embarque à bord d'un avion d'Alitalia © L'Osservatore Romano

« Sainteté, vous aimez voyager? »: un nouveau livre d’Andrea Tornielli

Ce qui a changé dans les voyages pontificaux

« En voyage » (« In viaggio« ) c’est le titre d’un livre d’Andrea Tornielli, publié chez Piemme et qui sera présenté à Rome le 26 janvier prochain. Il contient une interview du pape François, notamment, sur les voyages… : « Vous aimez voyager? » demande le journaliste italien, « non », répond le pape François.

Il  précise: « Sincèrement, non. Je n’ai jamais beaucoup aimé voyager. Quand j’étais évêque dans l’autre diocèse, à Buenos Aires, je venais à Rome seulement si nécessaire et si je pouvais ne pas venir, je ne venais pas. Cela m’a toujours pesé d’être loin de mon diocèse qui, pour nous évêques, est notre « épouse ». Et puis, je suis plutôt casanier, pour moi les vacances, c’est avoir du temps en plus pour prier et pour lire, mais pour me reposer je n’ai jamais eu besoin de changer d’air ou de changer d’environnement. »

Le pape avoue qu »‘il ne s’attendait pas à autant voyager: « Non, non, vraiment ! Comme je l’ai dit, je n’aime pas beaucoup voyager. Et je n’aurais jamais imaginé faire autant de voyages… »

Il explique comment il s’est décidé cependant à voyager: « Le tout premier voyage a été celui à Lampedusa. Un voyage italien. Il n’était pas programmé, il n’y avait pas d’invitations officielles. J’ai senti que je devais y aller, j’avais été touché et ému par les nouvelles sur les migrants morts en mer, noyés. Des enfants, des femmes, des jeunes gens… Une tragédie poignante ! J’ai vu les images du sauvetage des survivants, j’ai reçu des témoignages sur la générosité et l’accueil des habitants de Lampedusa. C’est pourquoi, grâce à mes collaborateurs, une visite éclair a été organisée. C’était important d’y aller. Puis il y a eu le voyage à Rio de Janeiro, pour la Journée mondiale de la jeunesse. Il s’agissait d’un rendez-vous déjà programmé, déjà établi. Le pape est toujours allé aux JMJ. Le voyage n’a jamais été remis en question, il fallait y aller et pour moi cela a été le premier retour sur le continent latino-américain. Après Rio, est arrivée une autre invitation, puis encore une autre. J’ai simplement répondu oui, me laissant en quelque sorte « porter ». Et maintenant je sens que je dois faire les voyages, aller visiter les Églises, encourager les semences d’espérance qui existent. »

A quatre-vingt ans, le pape « tient le coup » cependant lors des voyages internationaux: « Ils sont lourds mais disons que, pour le moment, je m’en sors. Peut-être me pèsent-ils plus du point de vue psychologique que du point de vue physique. J’aurais besoin de plus de temps pour lire, pour me préparer. Un voyage n’engage pas seulement pendant les jours durant lesquels on est au dehors, dans le pays ou les pays visités. Il y a aussi la préparation qui, en général, se fait dans des périodes où il y a aussi tout le travail ordinaire à effectuer. Quand je rentre à la maison, au Vatican, en général le premier jour après le voyage est assez fatigant et j’ai besoin de récupérer. Mais je porte toujours avec moi les visages, les témoignages, les images, les expériences… Une richesse inimaginable qui me fait toujours dire : cela en valait la peine. »

Il a apporté peu de changements aux traditionnels voyages des papes: « J’ai cherché, par exemple, à éliminer entièrement les repas de représentation. C’est naturel que les autorités institutionnelles du pays visité, comme mes confrères évêques, désirent fêter l’hôte qui arrive. Je n’ai rien contre le fait d’être à table avec de la compagnie. Rappelons-nous que l’Évangile est plein de récits et de témoignages qui décrivent justement des circonstances comme celle-ci : le premier miracle de Jésus se produit pendant un banquet de mariage (…) Mais si l’agenda du voyage, comme cela arrive presque toujours, est déjà très plein de rendez-vous, je préfère manger simplement et en peu de temps. »

Traduction de Zenit, Constance Roques

About Constance Roques

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel