Faire un don
Pompéi: la Vierge du rosaire apparaît avec S. Dominique et Ste Catherine de Sienne, à Fortuna Agrelli (1884)

Pompéi: la Vierge du rosaire apparaît avec S. Dominique et Ste Catherine de Sienne, à Fortuna Agrelli (1884)

Prier le chapelet pour la paix, comme l’a demandé la Vierge Marie à Fatima

Le 8 mai, Supplique à la Vierge de Pompéi

« En ce mois de mai », mois de Marie, le pape François invite les catholiques du monde entier à prier le chapelet pour la paix, comme l’a demandé la Vierge Marie à Fatima où il se rend vendredi et samedi prochain.

Le pape a en effet évoqué son pèlerinage après la prière mariale du Regina Caeli, ce 7 mai 2017, place Saint-Pierre, mais aussi la traditionnelle « Supplique » à la Vierge Marie, qui est priée au sanctuaire de Pompéi (Italie) le 8 mai, et dans toutes les paroisses d’Italie. Quelque 25 000 personnes étaient présentes.

« Demain nous adresserons la Supplique à la Vierge du Rosaire de Pompéi. En ce mois de mai, prions le rosaire en particulier pour la paix . Je vous le demande: prions le rosaire pour la paix, comme la Vierge l’a demandé à Fatima où je me rendrai en pèlerinage dans quelques jours, à l’occasion du centenaire de la première apparition », a dit le pape François.

Après le Regina Caeli, le pape a aussi salué la béatification, à Gérone, samedi 6 mai, de 7 missionnaires du Sacré-Coeur, martyrs pendant la Guerre civile espagnole, et le travail de l’association METER pour la protection des enfants. Il venait d’ordonner 10 nouveaux prêtres dans la basilique Saint-Pierre. Quatre d’entre eux – du séminaire du Latran – ont donné avec lui la bénédiction à la fenêtre.

Voici la traduction en français de cette Supplique à la Vierge Marie rédigée par le bienheureux Bartolo Longo. Elle est en effet traditionnellement récitée à midi en Italie, le 8 mai, et le premier dimanche d’octobre.

Supplique à la Reine du Rosaire de Pompéi

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.

Ô Auguste Reine des Victoires, * ô Souveraine du Ciel et de la Terre, * à ton nom se réjouissent les cieux et tremblent les abysses, * ô Reine glorieuse du Rosaire, * nous, tes fils dévoués, * réunis dans ton Temple de Pompéi (en ce jour solennel *: le 8 mai et le premier dimanche d’octobre), nous épanchons les affections de notre cœur * et avec une confiance toute filiale, * nous t’exprimons nos misères.

Du Trône de clémence, * où tu es assise en Reine, * tourne, ô Marie, * ton regard compatissant * sur nous, sur nos familles, * sur l’Italie, sur l’Europe, sur le monde. *

Aie compassion * des angoisses et des tourments qui assombrissent notre vie. * Vois, ô Mère, * combien de dangers dans l’âme et dans le corps, * combien de calamités et d’afflictions nous oppressent.

Ô Mère, * implore pour nous la miséricorde de ton divin Fils * et vaincs, par la clémence, * le cœur des pécheurs. * Ce sont nos frères et tes fils * qui coûtent tant de sang à ton doux Jésus * et qui contristent ton Cœur très sensible. * Montre-toi à tous telle que tu es, * Reine de paix et de pardon.

Je vous salue, Marie

Il est vrai * que nous, en premiers, bien que nous soyons tes fils, * par nos péchés, * nous crucifions de nouveau en notre cœur Jésus * et nous transperçons encore une fois ton cœur.

Nous le confessons: * nous méritons les plus durs châtiments, * mais tu, rappelle-toi * que sur Golgota, * tu as recueilli, avec le Sang divin, * le testament du Rédempteur moribond * qui t’a désignée comme notre Mère, * Mère des pécheurs. Comme notre Mère, * tu es donc notre Avocate, * notre espérance. * Et nous, en gémissant, * nous étendons nos mains suppliantes * vers toi, et crions: Miséricorde!

Ô Mère de bonté, * aie pitié de nous, * de nos âmes, * de nos familles, * de nos parents, * de nos amis, * de nos défunts, * et surtout de nos ennemis * et de tous ceux qui se disent chrétiens * et qui pourtant offensent le Cœur aimable de ton Fils. * Nous implorons aujourd’hui pitié * pour les Nations dévoyées, * pour toute l’Europe, * pour le monde entier, * afin que, repenti, il retourne à ton Cœur.

Miséricorde pour tous, * ô Mère de Miséricorde!

Je vous salue, Marie

Daigne, bienveillamment, ô Marie, * nous exaucer! * Jésus a remis dans tes mains * tous les trésors de ses grâces * et de ses miséricordes.

Tu es assise, * couronnée Reine, * à la droite de ton Fils, * resplendissante de gloire immortelle * sur tous les Chœurs des Anges. * Tu étends ta domination * sur toute l’étendue des cieux et la terre * et toutes les créatures sont soumises à toi.

Tu es la toute-puissante par grâce, * tu peux donc nous aider. * Et si tu ne voulais pas nous aider, * parce que nous sommes des fils ingrats et indignes de ta protection, * nous ne saurions à qui nous adresser. * Ton cœur de Mère * ne permettra pas de voir, nous, * tes enfants, perdus. * L’Enfant que nous voyons sur tes genoux * et la Couronne mystique que nous admirons dans ta main, * nous inspirent confiance que nous serons exaucés. * Et nous, nous avons pleine confiance en toi, * nous nous abandonnons comme de faibles fils * entre les bras de la plus tendre des mères, * et, aujourd’hui même, * nous attendons de toi les grâces tant désirées.

Je vous salue, Marie

Demandons la bénédiction à Marie

Une dernière grâce, * nous te demandons maintenant, ô Reine, * et tu ne peux pas nous la refuser (en ce jour très solennel *) (1). Accorde-nous, * à tous, ton amour fidèle * et d’une façon spéciale, ta bénédiction maternelle.

Nous ne nous détacherons pas de toi, * jusqu’à ce que tu nous auras bénis. * Bénis, ô Marie, en ce moment, * le Souverain Pontife. * Aux splendeurs antiques de ta Couronne, * aux triomphes de ton Rosaire, * pour lesquels tu es appelée Reine des Victoires, * ajoute encore ceci, ô Mère: * accorde le triomphe à la religion * et la paix à la Société humaine. * Bénis nos Évêques, * nos prêtres * et particulièrement tous ceux * qui se dévouent pour l’honneur de ton Sanctuaire. * Bénis enfin tous les associés à ton Temple de Pompéi * et tous ceux qui cultivent et diffusent * la dévotion au Saint Rosaire.

Ô Rosaire béni de Marie, * douce Chaîne qui nous relie à Dieu, * lien d’amour qui nous unit aux Anges, * tour de salut contre les assauts de l’enfer, * port sûr dans le naufrage commun, * nous ne te lâcherons jamais plus. *

Tu seras notre réconfort à l’heure de l’agonie, * à toi le dernier baiser de la vie qui s’éteint.

Et le dernier accent sur nos lèvres * sera ton nom suave, * ô Reine du Rosaire de Pompéi, * ô notre Mère très chère, * ô Refuge des pécheurs, * ô Souveraine consolatrice des affligés.

Sois partout bénie, * aujourd’hui et toujours, * sur la terre et dans le ciel. * Amen.

Salut, ô Reine.

 

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel