Le choix du baptisé : vivre pour soi ou vivre pour Dieu

Paroles du pape lors de l’angélus

« La foi implique de choisir Dieu comme critère-base de la vie », c’est-à-dire de choisir entre « vivre pour soi-même, ou vivre pour Dieu et pour les autres ; se faire servir ou servir ; obéir à son « moi » ou obéir à Dieu », déclare le pape François.

Le pape a présidé l’angélus, place Saint-Pierre, en présence de dizaines de milliers de visiteurs, ce dimanche 18 août 2013, à midi. Introduisant la prière, il a évoqué l’Évangile du jour où Jésus déclare : « Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division » (Lc 12,49-53).

La foi n’est pas décorative

Pour le pape, cette parole signifie que « la foi n’est pas une chose décorative, ornementale; vivre la foi n’est pas décorer la vie avec un peu de religion, comme on décore un gâteau avec de la crème ».

« La foi implique de choisir Dieu comme critère-base de la vie », a-t-il expliqué : « Suivre Jésus implique de renoncer au mal, à l’égoïsme, et de choisir le bien, la vérité, la justice, y compris quand cela demande sacrifice et renoncement à ses propres intérêts ».

« Et ceci divise » car si Jésus « est la paix, la réconciliation », il n’est pas « la paix des tombeaux, la neutralité, le compromis à tout prix ».

Certes, a-t-il précisé, « ce n’est pas Jésus qui divise ». Mais « il pose le critère : vivre pour soi-même, ou vivre pour Dieu et pour les autres ; se faire servir ou servir ; obéir à son « moi » ou obéir à Dieu ».

Foi et violence sont incompatibles

« Dieu n’est pas vide, Dieu n’est pas neutre », il n’est pas non plus « une chose abstraite, vide, une référence purement nominale », a fait observer le pape.

« Dieu a un visage concret, il a un nom : Dieu est miséricorde, Dieu est fidélité… Dieu est toujours positif, Dieu est amour, et l’amour est toujours positif », a-t-il poursuivi.

Le pape a donc condamné « l’usage de la force pour répandre la foi ». « Foi et violence sont incompatibles », a-t-il insisté.

Mais il a souligné la « force-courage » du chrétien qui est « la force de la vérité et de l’amour » et qui implique « de renoncer à toute violence ».

« Le chrétien n’est pas violent, mais il est fort. De quelle force ? Celle de la douceur, la force de la douceur, la force de l’amour. », a-t-il conclu.

Après l’angélus, il a redit à la foule : « Rappelez-vous ceci : suivre Jésus n’est pas neutre. Suivre Jésus c’est s’impliquer, parce que la foi n’est pas une chose décorative, elle est force de l’âme ».

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!