Anglicans: l’archevêque de Cantorbéry Justin Welby reçu par le pape

Installation du responsable de la communauté anglicane de Rome

Visite de l'archevêque Welby 27/10/2017 © L'Osservatore Romano

Visite de l'archevêque Welby 27/10/2017 © L'Osservatore Romano

L’archevêque de Cantorbéry Justin Welby a été reçu par le pape François ce vendredi matin 27 octobre 2017, au Vatican.

L’archevêque Welby était accompagné de son épouse Caroline, du nouveau responsable de la communauté anglicane de Rome, l’archevêque Bernard Ntahoturi accompagné de son épouse et d’autres responsables anglicans.

Il a rencontré le pape pendant une demi-heure puis le pape a retenu les deux archevêques anglicans et leurs épouses à déjeuner.

A l’issue de la rencontre, l’archevêque a confié, au micro de Radio Vatican en anglais, que cette visite a été « pleine de signification, de joie, de rire, très détendue mais profonde ». Il a souligné sa préoccupation commune avec le pape pour les conflits, le trafic des êtres humains, et la nécessité de l’unité des chrétiens dans un monde fracturé.

Ne pas se laisser paralyser par les désaccords

Il a fait observer que, comme ses prédécesseurs en visite à Rome, il portait l’anneau offert par le bienheureux pape Paul VI à l’archevêque Michael Ramsey en 1966. Il a noté les grands progrès réalisés notamment grâce à deux organismes (ARCIC et IARCCUM) dans les dialogues théologique et missionnaire, ainsi que ce qu’il appelle « l’oecuménisme de l’action, de la prière ».

Pour ce qui est de la division autour de l’eucharistie, il a rappelé que chaque jour à Lambeth Palace, il céléèbre la liturgie avec des membres catholiques et non-catholiques de la jeune communauté de Saint-Anselme: « C’est douloureux, mais c’est une saine douleur qui nous pousse à travailler plus intensément » à l’unité.

A propos du Soudan du Sud, où un voyage commun avec le pape avait été envisagé, il a précisé: « Une visite comme celle-là doit être faite au moment où elle provoquera un grand changement » et ferait « pencher la balance vers la paix ». Il a souligné que le pape François appelle les responsables politiques à « renoncer à violence et à penser au peuple du Soudan du Sud ». Il a mentionné une récente visite dans un camp de 260 000 réfugiés en Ouganda: c’est une petite partie de ceux qui ont fui la violence. « Nous attendons et nous prions » à ajouté l’archevêque Welby, pour que le coeur des responsables politiques change.

Enfin, pour ce qui est des divisions à l’intérieur de l’anglicanisme, notamment autour des questions de l’homosexualité, l’archevêque anglican a affirmé qu’il ne fallait pas se laisser « paralyser par des désaccords », que toutes les Eglises rencontrent: dans une communion aussi diverse que le monde anglican, « nous avons à voir l’appel du Christ à l’unité au service du pauvre… et ne rien laisser nous détourner de la proclamation de la Bonne Nouvelle »‘.

Installation du nouveau responsable anglican à Rome

Pour sa part, Mgr Paul Richard Gallagher, Secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les États, un Britannique, qui a été nonce au Burundi, ainsi que le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, ont participé le 26 octobre à l’installation par l’archevêque Welby de l’archevêque Ntahoturi Après l’installation officielle, l’archevêque Ntahoturi a été « accueilli » par le cardinal Koch.

Le service anglican (Evensong) de l’installation du nouveau responsable a eu lieu dans l’église San Francesco Saverio del Caravita, siège d’une communauté catholique romaine de langue anglaise.

L’homélie a été prononcée par Mgr Gallagher qui a affirmé que le voyage vers l’unité est un impératif moral, puisqu’il vient du souhait et de la prière du Christ lui-même.

Le service s’est conclu par une bénédiction solennelle donnée par l’archevêque de Cantorbéry, l’archevêque Bernard Ntahoturi et Mgr Paul Gallagher.

L’archevêque Bernhard Ntahoturi est l’ancien primat de l’Église anglicane au Burundi (de 2005 à 2016). Il a siégé au Conseil consultatif anglican et il a été actif dans la recherche de la paix et de la réconciliation dans la région des Grands Lacs en Afrique.

Il est le premier Africain à occuper le poste de directeur du Centre anglican de Rome, et le premier francophone.

À l’Evensong, la première lecture était en français et une chanson burundaise a été chantée pour marquer l’importance de cette nomination.

Il a été nommé représentant de l’archevêque de Cantorbéry auprès du Saint-Siège et directeur du Centre anglican de Rome le 17 mars 2017.

Avec Anita Bourdin

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!