Le diocèse d'Osnabrück a été le premier diocèse allemand à officialiser l'invitation à l'hospitalité eucharistique © catequese

Le diocèse d'Osnabrück a été le premier diocèse allemand à officialiser l'invitation à l'hospitalité eucharistique © catequese

Donner l’Eucharistie aux protestants, est-ce possible ?

Print Friendly, PDF & Email

Un diocèse allemand l’expérimente depuis 2023

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

En 2023, l’évêque Franz-Josef Bode du diocèse allemand d’Osnabrück, figure importante de la «Voie synodale», a autorisé les luthériens à communier aux messes catholiques sur le territoire de son diocèse, même s’ils n’acceptaient pas la doctrine catholique sur l’Eucharistie. Monseigneur Bod, qui était jusqu’à l’année dernière le vice-président de la Conférence épiscopale allemande, a présenté sa démission en tant qu’évêque d’Osnabrück en janvier 2023. Le pape François l’a acceptée le 25 mars 2023. En dépit de sa démission, cette pratique est toujours en vigueur.

Le chanoine de la cathédrale d’Osnabrück, le père Reinhard Molitor, a déclaré au journal Aussicht qu’ils donnaient la communion aux protestants pendant l’Eucharistie catholique comme un geste de « grande ouverture et un pas important qui permet aux églises de continuer à grandir ensemble ».

L’interview est en fait une conversation à trois, à laquelle participe également le pasteur luthérien Günter Baum, et tous deux mettent en avant ce qu’ils appellent « l’hospitalité eucharistique ». Le chanoine considère qu’il s’agit d’un « arrangement exceptionnel », mais « pas d’une révolution », bien qu’il s’oriente vers une plus grande intercommunion eucharistique, qui sera étendue aux « funérailles, aux services scolaires, aux célébrations de la Première communion, à la Confirmation et aux commémorations œcuméniques ».

Le père Reinhard a expliqué que le diocèse d’Osnabrück a été le premier diocèse allemand à officialiser l’invitation à l’hospitalité eucharistique en juin 2023. Celui de Rottenburg-Stuttgart travaille également sur une règlementation similaire. D’autres évêchés hésitent. Cette pratique pourrait s’étendre à l’ensemble de l’Église.

À l’approche de la célébration œcuménique du Kirchentag en juin 2023, le diocèse d’Osnabrück a publié le guide Lève-toi et mange ou la route sera trop longue pour toi, invitant à une plus grande hospitalité eucharistique entre catholiques et luthériens. Ce guide a été approuvé par l’évêque Bode peu avant sa démission en mars 2023, dans une publication du diocèse de Osnabruck.

Le pasteur Baum a exprimé son point de vue personnel de réformé : « Je suis très heureux car, en fait, je n’avais jamais assisté à l’Eucharistie auparavant. C’était toujours pour moi une grande souffrance et un manque. La communion dans la Parole était là, mais la communion dans le pain ne l’était pas. Il en va différemment aujourd’hui. Nous n’avons plus à nous faufiler, mais nous sommes officiellement invités, sans laisser à la porte notre compréhension évangélique de la Cène. »

La plupart des protestants célèbrent ce que l’on appelle la « Cène » comme un simple symbole, où se déroule une reconstitution de la dernière Cène, mais sans la transsubstantiation qui est un dogme inaliénable dans l’Église catholique. Enfin, sauf dans cette partie de l’Allemagne. 

Le pasteur Baum a souligné les changements intervenus dans la communauté œcuménique des luthériens : « Aujourd’hui, nous célébrons la Cène plus souvent, nous manipulons les offrandes avec plus de sensibilité : auparavant, le fermier prenait les restes de pain et les donnait aux oies. Aujourd’hui, nous avons appris que lorsque des chrétiens catholiques participent à la célébration, nous devons manipuler le pain et le vin avec plus de respect. »

Il a également indiqué qu’il était prêt à faire de nouveaux pas « vers l’intercommunion, la célébration commune de l’Eucharistie et du repas à la même table ». Pour l’instant, ce n’est pas encore possible. Le problème est que la communion passe la Cène et de l’Eucharistie, mais sans communauté œcuménique. L’Église catholique n’autorise pas officiellement cette pratique. Selon la foi catholique, au cours de la messe, le pain et le vin deviennent réellement et véritablement le corps et le sang de Jésus. Les protestants ne le croient pas. Il n’y a donc pas de communion réelle dans ce qui est le plus essentiel et autour duquel tourne la vie de l’Église, à savoir la présence réelle du Christ.

Share this Entry

Rédaction

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel