Au total, 3 964 personnes ont été enlevées au Nigéria depuis mai 2023 et le début du mandat du président Bola Ahmed Tinubu, selon le cabinet de conseil en gestion des risques SBM Intelligence © El País

Au total, 3 964 personnes ont été enlevées au Nigéria depuis mai 2023 et le début du mandat du président Bola Ahmed Tinubu, selon le cabinet de conseil en gestion des risques SBM Intelligence © El País

Les enlèvements au Nigeria hors de contrôle

Print Friendly, PDF & Email

Il ne s’agit pas seulement de prêtres et de religieuses précise le Dicastère pour l’évangélisation

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

par Luca Mainoldi

« En ces temps difficiles, ce Dicastère offre sa plus profonde et sincère solidarité au peuple nigérian, qui est aux prises avec une crise qui s’étend et s’intensifie en proportion ». Ainsi, le cardinal Luis Antonio Tagle, pro-préfet de la Section pour la première évangélisation et les nouvelles églises particulières du Dicastère pour l’évangélisation, et le Secrétaire de ce même Dicastère, l’archevêque nigérian Fortunatus Nwachukwu, ont exprimé la solidarité du Dicastère avec l’Église et le peuple nigérian, après avoir « appris par diverses sources d’information la fréquence des enlèvements au Nigéria, une situation qui s’est notablement aggravée ces derniers temps ». 

« Parmi les personnes tragiquement prises dans le feu croisé de ces actes répréhensibles se trouvent des membres du clergé, des religieux et des fidèles laïcs », lit-on dans le message envoyé à Lucius Iwejuru Ugorji, archevêque d’Owerri et président de la Conférence épiscopale du Nigéria. « Rien ne peut justifier le fléau des enlèvements », souligne le message, parce que « la violence physique et la torture mentale qui les accompagnent sapent les fondements de l’harmonie civile et sociale, car elles traumatisent les personnes impliquées, leurs familles et la société en général ».

« Nos pensées et nos prières accompagnent les évêques, le clergé et les religieux, les séminaristes, les fidèles de l’Église, tous les chrétiens et les personnes de bonne volonté à travers la nation », poursuit le message, dans lequel est exprimé « un profond sentiment d’empathie pour les victimes innocentes de ces enlèvements et leurs familles ».

« De même, nous appelons le gouvernement du Nigeria à agir rapidement pour faire face à cette menace et mettre un terme à la crise qui se profile ». Le message à l’Église nigériane exprime l’espoir que « outre les mesures prises sur le terrain pour sécuriser les vies et les biens, l’État, avec le soutien de l’Église, devrait chercher des moyens de repositionner la nation sur la voie de la croissance économique, de la stabilité politique et de la cohésion religieuse ».

« Nous espérons que ce Carême sera spirituellement fructueux pour chaque croyant et chaque communauté ecclésiale au Nigeria. Que le Seigneur vous bénisse et que Marie, Reine et patronne du Nigeria, vous garde» », conclut le texte.

Depuis des années, le Nigeria est confronté au fléau des enlèvements, qui visent non seulement les prêtres et les religieux, mais aussi les étrangers, les hommes d’affaires, les hommes politiques, les fonctionnaires, les diplomates, les chefs traditionnels, ainsi que les citoyens ordinaires, y compris les étudiants et les écoliers, qui sont fréquemment victimes d’enlèvements de masse.

Il n’est pas toujours facile de distinguer si les enlèvements sont perpétrés par des groupes terroristes ou par des bandes criminelles qui ne cherchent que l’appât du gain. Qu’ils soient commis par des terroristes ou des bandits, plusieurs formes d’enlèvements peuvent être distinguées : les enlèvements planifiés de personnes préalablement identifiées ; les enlèvements aveugles, notamment dans les rues, où les victimes sont choisies au hasard ; les enlèvements de masse (qui impliquent généralement la planification de raids dans des villages, des lieux de culte, notamment des églises et des mosquées, des écoles, des trains et des gares). Dans le cas d’enlèvements de victimes choisies avec précision, il a été constaté des enlèvements sur le trajet habituel de la victime à enlever, des raids nocturnes dans l’appartement ou des traquenards destinés à attirer la victime sur le lieu de l’enlèvement.

Au total, 3 964 personnes ont été enlevées au Nigeria depuis mai 2023 et le début du mandat du président Bola Ahmed Tinubu, selon le cabinet de conseil en gestion des risques nigérian SBM Intelligence. Les enlèvements n’épargnent pas la capitale fédérale Abuja, où Mansoor Al-Kadriyar a été kidnappé avec six de ses filles le 5 janvier, un enlèvement qui avait marqué l’opinion publique. L’homme a ensuite été libéré après avoir payé 50 millions de nairas (35 336 dollars) pour la libération de ses filles. Une fille a été tuée parce que la somme demandée n’avait pas été payée à temps. Les autres ont été libérées après le versement de la rançon. Le 11 janvier, des hommes armés en uniforme militaire ont procédé à un enlèvement de masse dans la capitale fédérale, enlevant 11 personnes. L’une d’entre elles, une jeune fille de 13 ans, a été tuée parce que la rançon n’avait pas été payée. Le 18 janvier, le complexe militaire de Kurudu a également été attaqué et deux personnes ont été enlevées.

Share this Entry

Rédaction

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel