Livret pour la célébration de la Journée mondiale des pauvres 2020 @ pcpne.va

IVe Journée mondiale des pauvres: une mobilisation en temps de pandémie

« Tends ta main au pauvre », par Mgr Fisichella

Share this Entry

La IVe Journée mondiale des pauvres a lieu dimanche prochain 15 novembre 2020 et à cette occasion, le pape François célébrera la messe à 10h en la basilique Saint-Pierre. Une Journée mondiale sous le signe de la pandémie qui se traduit à la fois par des restrictions sanitaires et par une augmentation de la pauvreté, qui rend encore plus indispensable une mobilisation elle aussi mondiale.

Restrictions sanitaires

Mgr Rino Fisichella a présenté au Vatican, ce jeudi 12 novembre, les initiatives de cette nouvelle édition qui sera marquée par les circonstances sanitaires: en raison de la pandémie, seulement une centaine de personnes représentant les « pauvres du monde entier » seront présentes à la messe du pape.

En raison de la pandémie également, deux initiatives spécifiques ont été soulignées par le président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation. La première: une cinquantaine de tests covid-19 gratuits sont proposés aux plus nécessiteux qui en ont besoin par exemple pour accéder à des dortoirs ou pour retourner dans leurs pays.

La seconde initiative anti-covid concerne les jeunes: 350 000 masques seront distribués dans un premier temps à 15 000 jeunes scolarisés dans les banlieues difficiles de Rome, de façon non seulement à alléger le budget des familles mais surtout pour « sensibiliser » les jeunes aux dangers du virus qu’ils ont tendance à « sous-évaluer », a insisté Mgr Fisichella.

Dans les pays où les restrictions sanitaires ne permettent pas de rassemblements, Mgr Fisichella a cité l’initiative promue par l’archevêque de Québec (Canada), le cardinal Gérald Lacroix: les familles catholiques pourront marquer la Journée mondiale des pauvres 2020 en invitant à déjeuner une personne dans le besoin.

Un livret d’une soixantaine de page, pour aider les célébrations et susciter des initiatives est disponible en français sur le site du Conseil pontifical ici : on peut le télécharger gratuitement. Il s’adresse aux prêtres pour les aider à animer et célébrer la Journée mondiale, explique Mgr Fisichella, mais aussi aux personnes engagées dans les initiatives de solidarité et aux aumôniers de prison, par exemple.

Livret pour la célébration de la Journée mondiale des pauvres 2020, capture @ Vatican Media

Livret pour la célébration de la Journée mondiale des pauvres 2020, capture @ Vatican Media

Tendre la main au pauvre

Mgr Fisichella a rappelé le thème de cette journée: « La Journée mondiale des pauvres a atteint sa quatrième célébration. Comme l’a exprimé le message du pape François rendu public le 13 juin dernier, en la mémoire liturgique de S. Antoine de Padoue, le thème de la journée tourne autour de l’expression biblique: « Tends la main aux pauvres » (Siracide 7,32). Avec un regard clairvoyant, le Pape François, dans ce Message, a voulu souligner l’urgence à laquelle la pandémie Covid-19 a soumis le monde entier. Reprendre quelques expressions de ce texte entre vos mains peut aider à comprendre les initiatives qui ont été prises pour offrir un signe concret d’aide et de soutien au nombre toujours croissant de familles qui se trouvent en difficulté objective. »

Mgr Fisichella a souligné la riche symbolique de ce geste de la main: «Tendre la main est un signe: un signe qui rappelle immédiatement la proximité, la solidarité, l’amour. Au cours de ces mois où le monde entier a été submergé par un virus qui a apporté douleur et mort, découragement et perplexité, combien de mains tendues avons-nous pu voir! La main tendue du médecin … de l’infirmière et de l’infirmière … de ceux qui travaillent dans l’administration … du pharmacien … du prêtre. La main tendue du bénévole qui aide ceux qui vivent dans la rue et ceux qui, bien qu’ayant un toit, n’ont pas à manger. La main tendue d’hommes et de femmes qui travaillent pour offrir les services essentiels et la sécurité. Et d’autres mains tendues que nous pourrions encore décrire pour composer une litanie de bonnes œuvres. Toutes ces mains ont défié la contagion et la peur pour apporter soutien et consolation »(n. 6). Le Pape poursuit en disant: «C’est un moment propice pour sentir à nouveau que nous avons besoin les uns des autres, que nous avons une responsabilité envers les autres et envers le monde» (n. 7). »

La messe avec le pape François

Mgr Fisichella a ensuite mentionné la messe avec le pape François: « Une fois de plus, le Pape François a également tendu la main avec diverses initiatives pour rendre cette journée concrète et plus efficace. Le dimanche 15 novembre à 10 heures, dans la basilique Saint-Pierre, le pape François célébrera la Sainte Eucharistie à l’occasion de la IVe Journée mondiale des pauvres. L’événement sera en direct sur Rai 1, TV2000, Telepace et sur tous les diffuseurs catholiques du monde connectés au Dicastère pour la communication et sera diffusé sur le portail Vatican News (vaticannews.va), pour ceux qui souhaitent participer tout en restant dans la sécurité de leurs maisons. Seules 100 personnes seront symboliquement présentes dans la basilique Saint-Pierre représentant tous les pauvres du monde qui, à ce jour, ont particulièrement besoin de l’attention et de la solidarité de la communauté chrétienne, ainsi que des bénévoles et des bienfaiteurs. Les lectures seront proclamées par des personnes qui sont assistées chaque jour par les différentes associations caritatives. »

Des initiatives ont dû être annulées: « Comme vous pouvez l’imaginer, les initiatives traditionnelles qui ont eu lieu ces dernières années – je me réfère en particulier au centre médical de la place Saint-Pierre et au déjeuner avec 1500 pauvres avec le pape dans la salle Paul VI-, ont été suspendus pour se conformer à la réglementation en vigueur. Cependant, la pandémie n’a pas empêché de faire des signes concrets pour cette journée. Dans le dispensaire sous la colonnade Saint-Pierre, par l’Aumônerie apostolique, il est possible aux pauvres qui doivent avoir accès aux dortoirs ou pour ceux qui veulent retourner dans leur patrie de faire des tests. La clinique est ouverte de 8h00 à 14h00 et, en deux semaines, elle a effectué 50 prélèvements par jour. De même, la générosité de certains bienfaiteurs n’a pas échoué; au contraire, il l’a étendu et l’a rendu encore plus efficace. C’est pourquoi nous avons réussi à créer des signes très simples qui expriment la proximité et l’attention du Pape François à ce stade. »

Le colis solidaire, capture @ Vatican Media

Le colis solidaire, capture @ Vatican Media

Des colis à Rome grâce aux entreprises solidaires

Mgr Fisichella a ensuite mentionné la confection de colis solidaires, avec l’aide de jeunes chômeurs et d’entreprises italiennes: « Avec le grand soutien de Roma Cares et la générosité des Supermarchés Elite, nous prévoyons aujourd’hui l’envoi de 5 000 colis alimentaires essentiels aux familles d’une soixantaine de paroisses romaines qui, surtout à cette époque, sont en difficulté. Chaque boîte contient différents types d’aliments (pâtes, riz, sauce tomate, huile, sel fin et gros, farine, café, sucre, confiture, thon, biscuits et chocolat) avec des marques particulièrement prestigieuses, ainsi que des masques et un billet avec une prière du pape François. Je ressens le devoir de remercier tout particulièrement le PDG de Rome Guido Fienga (ici avec nous) pour Roma Cares et la famille Fedeli, propriétaire des supermarchés Elite (nous avons ici le fondateur Franco Fedeli et le directeur des opérations Marco Conti). À cet égard, je tiens également à souligner que l’emballage et la distribution de ces colis ont été possibles grâce au travail d’un groupe de vingt jeunes actuellement en attente d’un emploi. »

En Italie, les pâtes ne devaient pas manquer, grâce à un généreux fabricant du sud de l’Italie: « De même, la fabrique de pâtes «La Molisana» a souhaité cette année encore être présente à nos initiatives avec 2,5 tonnes de pâtes réputées, qui seront destinées à diverses maisons familiales et associations caritatives. Il est important d’ajouter la Société des Centres Commerciaux Italia s.r.l. et la Fondation Robert Halley, qui ont souhaité soutenir les initiatives du Saint-Père par leur générosité en faveur des nombreux pauvres présents dans la ville et aidés par les nombreuses réalités ecclésiales. »

Mgr Fisichella souligne, à propos des masques, l’aide d’une compagnie d’assurance: « Avec le soutien d’UnipolSai Assicurazioni, nous avons envoyé un premier bloc de 350 000 masques, pour au moins 15 000 élèves de différents niveaux scolaires, en particulier dans les grandes banlieues de la ville, afin de soutenir les familles dans ce cas également et au moins les soulager du coût de masques. Cela veut aussi être une invitation aux jeunes étudiants pour qu’ils ne sous-estiment pas les risques de pandémie, notamment avec des comportements qui pourraient nuire une fois de retour dans la famille en présence de personnes âgées. »

L’amour et le sourire

Cependant Mgr Fisichella souligne l’importance de la prière pour soutenir ces initiatives dans le monde entier et du livret qui accompagne cette édition 2020: « Comme on peut le voir, la Journée mondiale des pauvres, même si elle est limitée en initiatives, reste un rendez-vous auquel les diocèses du monde entier cherchent à maintenir vivant le sens de l’attention et de la fraternité envers les personnes les plus marginalisées et défavorisées. L’aide pastorale, qui a été préparée encore cette année pour aider les paroisses et les différentes réalités ecclésiales, peut être considérée comme un outil efficace pour que la Journée ne se limite pas aux seules initiatives caritatives, mais celles-ci sont soutenues par la prière personnelle et communautaire. ce qui ne peut jamais manquer pour que le témoignage soit complet et efficace. Comme chaque année, le Livret, en plus de l’édition italienne imprimée par les éditions San Paolo, a été traduit en 5 langues (anglais, français, portugais, espagnol et polonais) et les versions correspondantes sont disponibles en ligne sur le site du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation (pcpne.va). De nombreuses adhésions sont déjà arrivées de diverses Églises qui suggèrent une participation active pour cette journée, cependant, réalisée dans les formes les plus familières de proximité et dans leurs maisons pour éviter la propagation du virus. »

Il conclut avec le pape François sur le message d’amour qui passe au-delà de la mobilisation pour des initiatives concrètes et sur l’importance de penser à la fin: « Les paroles du Pape François dans son Message expriment bien le but de ces initiatives. Le Pape écrit: «Dans toutes vos actions, souvenez-vous de votre fin» (Siracide 7,36) … Le texte se prête à une double interprétation. Le premier montre que nous devons toujours garder à l’esprit la fin de notre existence. Se souvenir du destin commun peut aider à mener une vie dédiée à l’attention à ceux qui sont les plus pauvres et qui n’ont pas eu les mêmes opportunités que nous. Il y a aussi une seconde interprétation… C’est le but de notre vie qui demande un projet à réaliser et un chemin à accomplir sans se fatiguer. Eh bien, le but de chacune de nos actions ne peut être que l’amour … Cet amour est partage, dévouement et service, mais il commence par la découverte que nous sommes d’abord aimés et éveillés à l’amour. Cette fin apparaît lorsque l’enfant rencontre le sourire de sa mère et se sent aimé pour le fait même d’exister. Même un sourire que nous partageons avec les pauvres est une source d’amour et nous permet de vivre dans la joie. La main tendue peut donc toujours s’enrichir du sourire de ceux qui ne font pas peser leur présence et l’aide qu’ils offrent, mais se réjouissent seulement de vivre le style des disciples du Christ »(n. 10). C’est dans cet esprit que nous nous préparons à vivre cette IVe Journée mondiale des pauvres. »

 

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org . A créé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel