Ennio Morricone, concert salle Paul VI @ concertoperlacarita.org

Ennio Morricone, concert salle Paul VI @ concertoperlacarita.org

Environnement : une option «irréversible» de l’Etat du Vatican

Print Friendly, PDF & Email

L’analyse de l’ingénieur Roberto Mignucci

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

L’encyclique Laudato si’ du pape François a entraîné une conversion écologique «irréversible» dans la Cité du Vatican, explique l’ingénieur Roberto Mignucci, chef du bureau des laboratoires et des usines du gouvernorat, dans cet entretien accordé à L’Osservatore Romano (Nicola Gori) en italien du 10 novembre 2020.

Un Etat sensible au respect de l’environnement

Il explique cependant que ce virage écologique n’est pas une nouveauté pour le Vatican: «La vocation du gouvernorat à respecter la création est aussi ancienne que l’État de la Cité du Vatican. Déjà en 1929, lors de sa création, il existait un système de chauffage urbain bien optimisé qui, pour l’époque, était quelque chose d’extraordinaire. Peu de gens savent ces choses, car il n’y a jamais eu de travail de diffusion sur cette question, mais le respect de la maison commune a toujours caractérisé les actions des autorités étatiques. Il y avait des machines à la pointe de la technologie, comme la radio de Guglielmo Marconi dans les jardins du Vatican.»

Une première étape décisive a été inspirée par Jean-Paul II et ensuite par Benoît XVI: «La sensibilité à l’environnement a pris un nouvel élan avec l’encyclique Sollicitudo rei socialis de 1987, dans laquelle parmi les signes positifs du présent, Jean-Paul II a inclus «la plus grande prise de conscience des limites des ressources disponibles, la nécessité de respecter leur intégrité et rythmes de la nature et de les prendre en compte dans la planification du développement ». Même avec l’encyclique Caritas in veritate de Benoît XVI de 2009, le thème du développement également lié aux devoirs qui découlent de la relation de l’homme avec le milieu naturel a été une source d’inspiration pour un plus grand engagement écologique. Ainsi, avant même l’encyclique du pape François, le gouvernorat avait agi sur cette question.»

Une chaîne de transformations vertueuses

L’ingénieur insiste sur toute la chaîne vertueuse depuis matériaux jusqu’aux vitrages pour l’économie d’énergie, et à l’éclairage: «Nous essayons de respecter au maximum l’environnement en utilisant des matériaux compatibles, en éliminant les substances toxiques, en essayant d’économiser au maximum l’énergie et, surtout, de ne pas la gaspiller. Ensuite, il y a des initiatives collatérales telles que la fourniture de double vitrage et de fenêtres à faible consommation d’énergie, d’écrans solaires qui empêchent (…), des économies d’énergie de refroidissement, la création d’un éclairage LED qui permet d’importantes économies d’électricité, l’adoption de machines de réfrigération et de chauffage à haut rendement. L’attention est précise, concrétisant les indications du Pape.»

Des bornes de chargement des voitures électriques ont été également installées: «En termes d’optimisation, le transport automobile a un poids important dans la société moderne, pas tant au Vatican, compte tenu de sa petite taille, qu’à l’extérieur. Nous souffrons également dans l’État de la Cité du Vatican de la pollution produite par le trafic urbain, et bien que nos résultats ne soient pas très remarqués, nous entendons donner un signal que c’est d’une grande importance pour tout le monde. Les bornes électriques découlent de notre besoin particulier de transformer la flotte de véhicules, actuellement à moteur thermique, en véhicules électriques; pour cette raison, progressivement, l’ensemble du parc n’utilisera plus d’énergie thermique.»

Les véhicules du Vatican font un kilométrage moyen d’environ 6 000 kilomètres par an, ce qui facilite l’utilisation de l’électricité, explique l’ingénieur: «Nous entamerons sous peu des collaborations avec des constructeurs automobiles capables de fournir des véhicules électriques pour les tests. Une voiture avec un moteur à combustion interne n’a aucune raison d’exister pour ce kilométrage (…). Les voitures électriques ont l’avantage de n’avoir aucune émission (…), d’avoir un impact acoustique très limité et elles sont adaptées aux quelques kilomètres que nous parcourons dans le petit État. A ce jour, l’autonomie d’une voiture électrique est optimale pour aller jusqu’à Santa Maria di Galeria ou à Castel Gandolfo.»

Des bornes pour véhicules électriques

D’autres sites de la Rome papale pourront profiter de ces bornes: «Le projet prévoit d’installer des colonnes dans les différents sites tels que ceux déjà mentionnés, Sainte-Marie-Majeure, Saint-Jean-du-Latran, Saint-Paul-hors-les-Murs, et dans tous les endroits qui en font la demande. Pour l’instant, l’accès est réservé uniquement aux voitures institutionnelles, les particuliers ne peuvent pas l’utiliser. Nous testons le réseau et nous développons le service afin de l’étendre à toutes les zones indiquées, afin que l’électricité puisse être tirée des bornes installées. Le logiciel pour l’approvisionnement énergétique est actuellement en cours de développement.»

Le Vatican s’est engagé au niveau international pour limiter le gaz à effet de serre: «Avec l’adhésion de l’Etat de la Cité du Vatican au Traité de Kigali, la Direction des infrastructures et des services a mis à jour la liste des gaz techniques utilisés dans l’Etat. Le but de la mise à jour de l’étude est de réduire les «gaz à effet de serre». Certains de ces gaz, très nocifs pour la couche d’ozone, seront mis hors service à partir de 2025; on s’attend à ce qu’il soit remplacé par d’autres moins nocifs qui créent cependant d’autres problèmes. Il est à noter qu’à l’heure actuelle, l’industrie n’est pas totalement préparée à cette urgence et propose des produits qui ne peuvent que temporairement réduire l’effet de serre, mais ne constituent pas la solution optimale. Pour le moment, les gaz alternatifs écologiques sont inflammables, ce qui représente une forte limite d’utilisation.»

L’ingénieur aborde aussi la question des transformateurs électriques, avec l’adoption des «meilleurs du marché»: «L’ensemble du réseau de distribution d’électricité moyenne tension de l’État de la Cité du Vatican est équipé de transformateurs à semi-conducteurs (en résine) à faibles pertes et à haut rendement, afin de réaliser une optimisation énergétique du réseau électrique de 20 kv. Pour le moment, cette technologie représente la meilleure du marché. Les transformateurs sont utilisés pour convertir l’énergie de 20 kv à 400 v que nous utilisons normalement dans les systèmes domestiques. (…) Bien sûr, les transformateurs chauffent – c’est un phénomène physique que nous ne pouvons ni empêcher ni limiter.»

Il y a aussi un système de fourniture d’électricité d’urgence: «Nous avons réduit les pertes de transformation – et donc aussi en partie la chaleur émise – qui sont très importantes avec les anciens transformateurs, tandis qu’avec les nouvelles installations, il est possible d’économiser environ 20% d’énergie. Les transformateurs de courant qui n’ont plus d’huile sont secs, et donc ne causent plus de pollution chimique en cas de casse. Ils ont des rendements beaucoup plus élevés, ce qui se traduit par des économies sur la transformation énergétique. Pour aider, le réseau est équipé de groupes électrogènes et une fois pleinement opérationnel, nous serions capables d’autoproduire de l’énergie en cas d’urgence.»

Sous Benoît XVI, des panneaux photovoltaïques ont été installés sur le toit de la Salle Paul VI pour le chauffage et l’air conditionné, et un refroidissement solaire a été installé sur le toit du réfectoire des employés du Vatican, rappelle l’ingénieur: «Les panneaux photovoltaïques sur le toit de la salle Paul VI ont été installés en 2008. Malheureusement, le Vatican manque d’espace et il est difficile d’intégrer des panneaux solaires au sommet de bâtiments historiques prestigieux. L’énergie produite dans la Salle Paul VI est entièrement déversée dans le réseau interne du Vatican. Grâce à ces panneaux, la salle Nervi (Paul VI, ndlr) est autonome pendant les événements qui s’y déroulent. La consommation de la semaine entière, qui est réduite, augmente lors des audiences avec le Pape.»

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste française accréditée près le Saint-Siège depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org. Elle a lancé le service français Zenit en janvier 1999. Master en journalisme (Bruxelles). Maîtrise en lettres classiques (Paris). Habilitation au doctorat en théologie biblique (Rome). Correspondante à Rome de Radio Espérance.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel