Angélus du 26 juillet 2020, capture @ Vatican Media

Angélus du 26 juillet 2020, capture @ Vatican Media

« La disponibilité active », clef du Royaume de Dieu (traduction complète)

« La joie de découvrir un sens à sa vie »

Share this Entry

Le pape François souligne la nécessaire collaboration humaine à la grâce donnée par Dieu, par la « disponibilité »: « La construction du Royaume requiert non seulement la grâce de Dieu, mais aussi la disponibilité active de l’homme. »

Ce dimanche 26 juillet 2020, après l’angélus, le pape François a commenté l’Evangile de ce dimanche, affirmant que « la grâce fait tout »: « La grâce fait tout, tout! De notre côté seulement la disponibilité à la recevoir, pas la résistance à la grâce: la grâce fait tout mais elle requiert «ma» responsabilité, «ma» disponibilité. »

Le pape souligne que le fruit c’est une joie profonde: « Jésus, qui est le trésor caché et la perle de grande valeur, ne peut qu’e susciter la joie, toute la joie du monde: la joie de découvrir un sens à sa vie. »

Voici notre traduction complète, rapide, de travail, des paroles du pape François, en italien.

AB

Paroles du pape François avant l’angélus

Chers frères et sœurs, bonjour!

L’Evangile de ce dimanche (cf. Mt 13, 44-52) correspond aux derniers versets du chapitre que Matthieu consacre aux paraboles du Royaume des cieux. Le passage comprend trois paraboles à peine esquissées et très courtes: celle du trésor caché, celle de la perle précieuse et celle du filet jeté à la mer.

Je m’attarderai sur les deux premières dans lesquelles le Royaume des Cieux est assimilé à deux réalités «précieuses» différentes, à savoir le trésor caché dans le champ et la perle de grande valeur. La réaction de celui qui trouve la perle ou le trésor est pratiquement la même: l’homme et le marchand vendent tout pour acheter ce qui leur tient le plus à cœur.

Par ces deux similitudes, Jésus propose de nous impliquer dans la construction du Royaume des Cieux, présentant une caractéristique essentielle de la vie chrétienne, de la vie du Royaume des Cieux: ceux qui veulent tout jouer, qui sont courageux, adhèrent pleinement au Royaume. En fait, l’homme et le marchand des deux paraboles vendent tout ce qu’ils ont, abandonnant ainsi leur sécurité matérielle.

De là, on comprend que la construction du Royaume requiert non seulement la grâce de Dieu, mais aussi la disponibilité active de l’homme. La grâce fait tout, tout! De notre côté seulement la disponibilité à la recevoir, pas la résistance à la grâce: la grâce fait tout mais elle requiert «ma» responsabilité, «ma» disponibilité.

Les gestes de cet homme et du marchand qui partent – en se privant de leurs biens – à la recherche, pour acheter les réalités les plus précieuses, sont des gestes décisifs, ce sont des gestes radicaux, je ne dirais seulement un aller, pas un aller-retour: ce sont des gestes d’un aller. Et, de plus, accompli avec joie parce que les deux ont trouvé un trésor.

Nous sommes appelés à assumer l’attitude de ces deux personnages évangéliques, en devenant nous aussi des chercheurs sainement inquiets du Royaume des Cieux. Il s’agit d’abandonner le lourd fardeau de nos sécurités matérielles qui nous empêchent de chercher et de construire le Royaume: l’avidité de posséder, la soif de gain et de pouvoir, ne penser qu’à nous-mêmes.

De nos jours, on le sait tous, la vie de certains peut être médiocre et terne car ils ne sont probablement pas partis à la recherche d’un vrai trésor: ils se sont contentés de choses attrayantes mais éphémères, de flashs chatoyants mais illusoires car ils laissent ensuite dans le noir. Au contraire, la lumière du Royaume n’est pas un feu d’artifice, c’est la lumière: le feu d’artifice ne dure qu’un instant, la lumière du Royaume nous accompagne tout au long de notre vie.

Le Royaume des Cieux c’est l’opposé des choses superflues qu’offre le monde, c’est le contraire d’une vie banale: c’est un trésor qui renouvelle la vie chaque jour et la dilate vers des horizons plus larges. En effet, ceux qui ont trouvé ce trésor ont un cœur créatif et chercheur, qui ne répète pas mais invente, en traçant et en suivant de nouveaux chemins, qui nous amènent à aimer Dieu, à aimer les autres, à nous aimer vraiment nous-mêmes.

Le signe de ceux qui marchent sur cette voie du Royaume c’est la créativité, toujours en cherchant davantage. Et la créativité prend la vie et donne la vie, et donne, et donne et donne … Elle cherche toujours de nombreuses façons différentes de donner la vie.

Jésus, qui est le trésor caché et la perle de grande valeur, ne peut qu’e susciter la joie, toute la joie du monde: la joie de découvrir un sens à sa vie, la joie de la sentir engagée dans l’aventure de la sainteté.

Que la Sainte Vierge nous aide à rechercher chaque jour le trésor du Royaume des cieux, afin que dans nos paroles et dans nos gestes se manifeste l’amour que Dieu nous a donné par Jésus.

Copyright – Traduction de Zenit, Anita Bourdin

 

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel