Rencontre avec le clergé et les consacrés d'Egypte © L'Osservatore Romano

Rencontre avec le clergé et les consacrés d'Egypte © L'Osservatore Romano

Comment surmonter sept tentations? Le pape répond en père spirituel

Au clergé et aux consacrés catholiques d’Egypte

Share this Entry

Résister à sept tentations: c’est ce que le pape François a voulu enseigner, en père spirituel, au clergé et aux consacrés catholiques d’Egypte avant de qui tter le pays: c’était son avant-dernier rendez-vous avat la cérémonie d’adieu à l’aéroport. « Résister à ces tentations mais c’est possible si nous sommes greffés sur Jésus », a insisté le pape après avoir détaillé le contenu concret de ces tentations. Il en a épinglé une « très mauvaise ».
Le pape François s’est en effet adressé aux patriarches et à tout le clergé catholique d’Egypte ainsi qu’aux consacrés, lors d’une rencontre de prière, ce samedi 29 avril, à 15h, dans le sud du Caire, au séminaire de Maadi, au second jour de son voyage en Egypte, entièrement consacré aux catholiques.
Le pape a d’abord fait le tour de la foule de quelque 1 500 personnes en voiturette de golfe avant la rencontre de prière dans le jardin de ce séminaire copte catholique qui compte une trentaine de séminaires.
Il a été accueilli par le patriarche Ibrahim Abraham Sidrak et par le père Toma Adly Zaky, recteur du séminaire qui a notamment demandé la prière du pape : « Priez pour nous, Sainteté, afin que nos novices ne fasse pas de reproches à Dieu à cause de nous et de notre service. »
La liturgie de la Parole a commencé par le Psaume 120 : « Le Seigneur te gardera de tout mal » et la lecture de l’Evangile : « Vous êtes de sel de la terre… Vous êtes la lumière du monde… »
Ni déception ni pessimisme
« N’ayez pas peur du poids du quotidien, du poids des situations difficiles que certains d’entre vous doivent traverser. Nous vénérons la Sainte Croix, instrument et signe de notre salut. Qui échappe à la Croix échappe à la Résurrection! », s’est exclamé le pape François, faisant allusion aux dangers auxquels les chrétiens sont exposés notamment du fait du terrorisme.
Le pape a épinglé sept tentations dans son homélie:  « de se laisser entraîner au lieu de guider », « de se plaindre continuellement », « du bavardage et de la jalousie », « de se comparer aux autres », « du “pharaonisme” », qu’il explique ainsi : « c’est-à-dire de durcir le cœur et de le fermer au Seigneur et aux frères ». Mais aussi les tentations « de l’individualisme » et de « marcher sans boussole et sans but ».
La « tentation de se laisser entraîner au lieu de guider »: « le Bon Pasteur a le devoir de guider le troupeau (…). Il ne peut se laisser entraîner par la déception et par le pessimisme. (…) Il est toujours plein d’initiatives et de créativité (…) Il a toujours la caresse de consolation même quand son cœur est accablé. Il est un père quand les enfants le traitent avec gratitude mais surtout quand ils ne lui sont pas reconnaissants. Notre fidélité au Seigneur ne doit jamais dépendre de la gratitude humaine. »
« La tentation de se plaindre continuellement »: c’est « facile d’accuser toujours les autres pour les manquements des supérieurs (…). Mais le consacré est celui qui, par l’onction de l’Esprit, transforme tout obstacle en opportunité et non pas toute difficulté en excuse!
Celle-là, elle est très mauvaise
« La tentation du bavardage et de la jalousie »:  « Cela, c’est très mauvais, a dit le pape en commentant son texte à l’improviste (applaudissements). Le danger est sérieux quand le consacré, au lieu d’aider les petits à grandir et de se réjouir du succès de ses frères et de ses sœurs, se laisse dominer par la jalousie et devient quelqu’un qui blesse les autres par son bavardage. »
« La tentation de se comparer aux autres »: « Nous comparer à ceux qui sont meilleurs nous porte souvent à tomber dans la rancœur; nous comparer à ceux qui sont pires nous porte souvent à tomber dans l’orgueil et dans la paresse. » Le pape a au contraire recommandé de « vivre la diversité des caractères, des charismes et des opinions dans l’écoute et dans la docilité à l’Esprit Saint ».
« La tentation du “pharaonisme” (nous sommes en Egypte!), c’est-à-dire de durcir le cœur et de le fermer au Seigneur et aux frères. C’est la tentation de se sentir au-dessus des autres et donc de les soumettre à soi par vaine gloire; d’avoir la présomption de se faire servir au lieu de servir. »
« La tentation de l’individualisme. Comme dit le dicton égyptien bien connu: “Après moi, le déluge” (applaudissements). C’est la tentation des égoïstes qui, chemin faisant, perdent le but et, au lieu de penser aux autres, pensent à eux-mêmes, n’en éprouvent aucune honte, au contraire, s’en justifient. »
« La tentation de marcher sans boussole et sans but. Le consacré (…) vit le cœur partagé entre Dieu et la mondanité. Il oublie son premier amour. »
Le pape a aussi donné le remède pour ne pas céder à ces tentations : « Ce n’est pas facile de résister à ces tentations mais c’est possible si nous sommes greffés sur Jésus: ‘Demeurez en moi comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi’ ».
« La qualité de notre consécration dépend de la qualité de notre vie spirituelle », a averti le pape en exhortant à l’imitation de la grande tradition monachique égyptienne.
Dernier rendez-vous, à l’aéroport
Le pape a ensuite béni les soutanes de trois nouveaux séminaristes qui les ont revêtues et ont ensuite salué le pape, sous les applaudissements de la foule, avant le renouvellement des promesses de la vie consacrée, la prière du Notre Père, en arabe, au son de la guitare, et la bénédiction du pape François.
Le pape s’est ensuite prêté à la photo avec les patriarches et les évêques de l’Assemblée de la hiérarchie catholique d’Egypte.
Les Coptes catholiques représentent environ 250 000 personnes, pour une population de plus de 90 millions d’habitants, dont les chrétiens représentent en tout environ 10%). Les Chaldéens sont une centaine. Les catholiques latins sont peu nombreux mais tiennent des instituts importants. Ce matin, des soeurs comboniennes se sont rendues à la nonciature pour saluer le pape avec les jeunes, catholiques ou pas de leurs écoles.
Le pape devait ensuite se rendre à l’aéroport du Caire pour la cérémonie d’au-revoir à 16h45, en présence du président Al-Sissi et d’un piquet d’honneur.
Ce matin, le pape a présidé la messe au stade de l’aéronautique militaire en présence de quelque 25 000 personnes, et de représentants du pape copte orthodoxe Tawadros II, et de l’imam de Al-Azhar, le cheik Ahmed Al-Tayeb que le pape a rencontrés la veille. Le pape était invité par le chef de l’Etat, par le patriarche catholique Sidrak, par le pape orthodoxe et par de grand imam.

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org . A créé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel