Jérusalem, basilique de la résurrection, ou Saint-Sépulcre, Wikimedia Commons - Jlascar, CC BY 2.0

Jérusalem, basilique de la résurrection, ou Saint-Sépulcre, Wikimedia Commons - Jlascar, CC BY 2.0

Œcuménisme à Jérusalem: prière en la basilique de la résurrection

Les Églises autpur du tombeau du Christ restauré

Share this Entry

Une célébration œcuménique pour la réouverture du Saint-Sépulcre après sa restauration s’est tenue le mercredi matin 22 mars 2017, à Jérusalem, en Terre Sainte, indique L’Osservatore Romano en italien du 23 mars 2017.  Les travaux ont pu avoir lieu grâce à la collaboration de trois Églises qui administrent le site : catholique, grecque-orthodoxe et arménienne apostolique.
Lors de la prière commune dans la basilique du Saint-Sépulcre étaient présents : Théophile III, patriarche orthodoxe de Jérusalem, le Gardien de Terre Sainte, le père franciscain Francesco Patton, le patriarche arménien apostolique de Jérusalem, Nourhan Manougian, et le patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée. Mgr Giuseppe Lazzarotto, délégué apostolique à Jérusalem et en Palestine, a lu un message envoyé par le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales. Parmi les autorités civiles, le premier ministre grec Alexis Tsipras, le gouvernement hellénique étant parmi les principaux mécènes de l’intervention.
Un aspect œcuménique de la prière a été souligné dans les discours des représentants de différentes Églises chrétiennes. Le père Francesco Patton a fait remarquer que les travaux de restauration du Saint-Sépulcre avaient « une valeur supplémentaire »,  « grâce à la collaboration » des « trois communautés » : « C’est le signe d’une importante croissance des relations fraternelles entre nous et entre nos communautés, a-t-il dit, à l’enseigne de la confiance réciproque et de la collaboration. »
Le Gardien de Terre Sainte a loué le Christ qui, a-t-il souligné, « autour du Saint-Sépulcre, nous a fait nous retrouver plus proches, plus prêts à coopérer, plus disponibles les uns envers les autres, comme de véritables frères ».
« Ce n’est pas seulement un don pour la Terre Sainte, c’est un don pour le monde entier », a dit Théophile III, patriarche orthodoxe de Jérusalem, lors de son intervention. Tandis que le patriarche arménien a souligné « l’effort conjoint pour la restauration et le grand esprit de collaboration entre nos Églises » qui était « un signe extraordinaire de solidarité humaine qui démontre que notre amour envers le Christ est au-dessus des différences culturelles, liturgiques et linguistiques ».
Nourhan Manougian a également proposé, dans son interview à l’agence KNA, cité par L’Osservatore Romano, de « revoir le statut des autres Églises chrétiennes dans cette ville sainte ». Les Églises copte, syriaque et éthiopienne ont déjà certains droits à l’intérieur et autour de la basilique du Saint-Sépulcre – basilique de la résurrection pour l’Orient chrétien -. Il n’en est pas ainsi pour les anglicans et les luthériens. La possibilité aussi pour ces Églises de célébrer à l’intérieur de l’édifice serait, pour le patriarche arménien, un pas ultérieur vers l’unité des chrétiens.
La rencontre de prière, animée par les chœurs des trois communautés chrétiennes, s’est conclue par la récitation commune du Notre Père.
Avec une traduction de Constance Roques
 
 

Share this Entry

Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel