Père Jacques Hamel, courtoisie du diocèse de Rouen, http://rouen.catholique.fr

Père Jacques Hamel, courtoisie du diocèse de Rouen, http://rouen.catholique.fr

«N’ayons pas peur de la sainteté!», par le père Jacques Hamel, Toussaint 2015

Il évoquait la canonisation des époux Martin

Share this Entry

« Baptisés, nous sommes fils et filles de Dieu. C’est en vivant cette filiation, jour après jour, que nous devenons saints. La sainteté, c’est un don de Dieu. C’est lui qui nous rend saints. N’ayons pas peur de la sainteté ! » : c’est ce qu’écrivait, pour la Toussaint 2015, le père Jacques Hamel, assassiné par des terroristes le 26 juillet 2016 alors qu’il célébrait la messe dans sa paroisse Saint-Etienne de Saint-Etienne du Rouvray (France, diocèse de Rouen).
L’enquête diocésaine sur ses vertus « héroïques » et sur son martyre a été ouverte par l’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun – installé en octobre 2015 – avec la dispense accordée par le pape François du délai de 5 ans après la mort d’un baptisé, prévu par le droit avant l’ouverture d’une telle enquête. Le pape a déjà appelé le père Hamel « martyr » et « bienheureux ».
Ce passage : «  sainteté, c’est un don de Dieu. C’est lui qui nous rend saints. N’ayons pas peur de la sainteté! »  a été cité en espagnol par le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, lors de la messe de béatification, en Espagne, à Madrid, samedi dernier, 29 octobre 2016, de quatre martyrs, prêtres, bénédictins, exécutés lors de la persécution anti-catholique qui s’est déchaînée à l’époque de la Guerre civile.
Voici ce qu’il écrivait l’an dernier pour la Toussaint dans la « Lettre pastorale n°9 » de novembre 2015, de Saint-Etienne du Rouvray. Rétrospectivement, c’est impressionnant : il confie rechercher la sainteté chaque jour. Il signe « Père Jacques ». Nous reprenons le texte avec l’aimable autorisation du diocèse de Rouen.
Toussaint 2015
« Ils sont nombreux les Saints que nous fêtons en ce 1er novembre. Nous en connaissons quelques-uns par leur nom. Ils sont fêtés dans le calendrier liturgique. Dans cette « foule innombrable », beaucoup sont anonymes. On les croyait perdus, mais ils sont vivants, près de Dieu, participant à la plénitude de son amour. Ils ont cru et aimé au cœur de leur vie. C’est pourquoi ils sont proches de Dieu.
La sainteté c’est aussi notre vocation. Le Baptême que nous avons reçu a fait de nous des fils et des filles de Dieu. Ne pensons pas que la sainteté, ce n’est pas pour nous. Si nous pensons cela, c’est parce que nous nous faisons une fausse idée de la sainteté. Il ne s’agit pas de faire des choses extraordinaires, d’accomplir des prodiges. Il suffit d’aimer dans le concret de nos vies, quoiqu’il en coûte.
Louis et Zélie Martin qui ont été reconnus saint le dimanche 18 Octobre sont pour nous un exemple et un soutien. Leur vie fut simple, comme beaucoup de nos familles. Mais toute leur existence fut orientée vers le Royaume des Cieux. Leur seul désir fut « Dieu premier servi ». Ils ont connu des circonstances douloureuses, mais ils ont gardé le cap par une foi nourrie par les sacrements et la prière, le service des pauvres et un abandon à Dieu qui ne cesse de nous soutenir.
Baptisés, nous sommes fils et filles de Dieu. C’est en vivant cette filiation, jour après jour, que nous devenons saints. La sainteté, c’est un don de Dieu. C’est lui qui nous rend saints. N’ayons pas peur de la sainteté !
Bonne fête à chacun et à chacune. »
© Lettre de la paroisse Saint-Etienne de Saint-Etienne-du-Rouvray (novembre 2015).

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste française accréditée près le Saint-Siège depuis 1995. Rédactrice en chef de fr.zenit.org. Elle a lancé le service français Zenit en janvier 1999. Master en journalisme (Bruxelles). Maîtrise en lettres classiques (Paris). Habilitation au doctorat en théologie biblique (Rome). Correspondante à Rome de Radio Espérance.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel