Premier Angelus du pape François

Print Friendly, PDF & Email

«Un saint qui a été élu pape»

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

A l’entendre parler, à le voir prier, célébrer la messe, s’approcher de chacun, écouter et embrasser les personnes qu’il rencontre, à entendre les témoignages sur la façon dont il était pasteur à Buenos Aires, on a la nette impression de se trouver en face d’un saint.

Dimanche, à 11h, une heure encore avant le premier Angelus du pape François, la place Saint-Pierre et la rue de la Conciliation étaient déjà remplies d’une foule en fête. Il y avait une immense attente et les gens étaient joyeux.

Les paroles du pape ont un impact incroyable sur les non-croyants, sur les non-pratiquants, sur ceux qui, jusqu’ici, avaient critiqué l’Église parce qu’ils la trouvaient peu authentique.

De différents côtés, j’ai entendu des récits de personnes qui me disaient : « Tu sais, mon amie, si critique vis-à-vis de l’Église, qui en veut aux prêtres, elle m’a dit qu’elle avait été touchée par ce pape, il est bon et il suscite la sympathie ». Sa proximité avec les personnes est impressionnante.

Il a commencé l’Angelus en disant « Bonjour », comme il avait dit « Bonsoir » quand il s’était présenté pour la première fois au peuple romain. Il s’est inspiré de l’évangile du jour pour expliquer des vérités simples et fondamentales.

Il a expliqué que nous, les chrétiens, nous nous rencontrons le dimanche, que Jésus ne méprise et ne condamne pas mais qu’il aime, qu’il offre sa miséricorde et qu’il invite à la conversion.

Il a parlé de la patience de Dieu qui nous attend et nous pardonne toujours. Et il a raconté qu’un matin, lors d’une messe pour les malades, il était dans un confessionnal où il a rencontré une femme âgée, de plus de quatre-vingts ans, qui lui a dit « Le Seigneur pardonne tout » parce que « si le Seigneur ne pardonnait pas tout, le monde n’existerait pas ». Vérité profonde, fruit d’une sagesse nourrie par l’Esprit-Saint.

François a conclu : « Le Seigneur ne se lasse jamais de pardonner ! C’est nous qui nous lassons de demander pardon », et puis « Bon dimanche et bon déjeuner ! » La foule était aux anges !

Pendant la bénédiction, j’ai vu des personnes faire le signe de croix, même à l’intérieur de la salle de presse du Vatican où, en général, certains gestes paraissent inopportuns.

On a l’impression de se trouver face à une personne qui a un grand charisme. Un pape qui nous surprendra tous les jours.

Le matin, il a célébré la messe dans la paroisse Sainte-Anne du Vatican. Vêtu comme les autres prêtres, serein et amical, il a salué et embrassé toutes les personnes présentes à la fin de la célébration.

Puis il est sorti dans la rue de Porta Angelica, dans l’intention de rencontrer les fidèles. Les gens, émus, sont allés vers lui.

Le pape François a confirmé l’impression qu’il a faite dès le début. Ceux qui le connaissent le savent bien. Si on ne l’en empêche pas pour des raisons de sécurité, nous retrouverons ce pape dans les rues de Rome, à faire l’aumône, à venir à l’aide des personnes et à prendre soin des âmes.

Share this Entry

Antonio Gaspari

Cascia (PG) Italia Studi universitari a Torino facoltà di Scienze Politiche. Nel 1998 Premio della Fondazione Vittoria Quarenghi con la motivazione di «Aver contribuito alla diffusione della cultura della vita». Il 16 novembre del 2006 ho ricevuto il premio internazionale “Padre Pio di Pietrelcina” per la “Indiscutibile professionalità e per la capacità discreta di fare cultura”. Il Messaggero, Il Foglio, Avvenire, Il Giornale del Popolo (Lugano), La Razon, Rai tre, Rai due, Tempi, Il Timone, Inside the Vatican, Si alla Vita, XXI Secolo Scienza e Tecnologia, Mondo e Missione, Sacerdos, Greenwatchnews. 1991 «L'imbroglio ecologico- non ci sono limiti allo sviluppo» (edizioni Vita Nuova) . 1992 «Il Buco d'ozono catastrofe o speculazione?» (edizioni Vita Nuova). 1993 «Il lato oscuro del movimento animalista» (edizioni Vita Nuova). 1998 «Los Judios, Pio XII Y la leyenda Negra» Pubblicato da Planeta in Spagna. 1999 «Nascosti in convento» (Ancora 1999). 1999 insieme a Roberto Irsuti il volume: «Troppo caldo o troppo freddo? - la favola del riscaldamento del pianeta» (21mo Secolo). 2000 “Da Malthus al razzismo verde. La vera storia del movimento per il controllo delle nascite” (21mo Secolo, Roma 2000). 2001 «Gli ebrei salvati da Pio XII» (Logos Press). 2002 ho pubblicato tre saggi nei volumi «Global Report- lo stato del pianeta tra preoccupazione etiche e miti ambientalisti» (21mo Secolo, Roma 2002). 2002 ho pubblicato un saggio nel nel Working Paper n.78 del Centro di Metodologia delle scienze sociali della LUISS (Libera Università Internazionale degli Studi Sociali Guido Carli di Roma) «Scienza e leggenda, l’informazione scientifica snobbata dai media». 2003 insieme a VittorFranco Pisano il volume “Da Seattle all’ecoterrorismo” (21mo Secolo, Roma 2003). 2004 ho pubblicato insieme a Riccardo Cascioli “Le Bugie degli Ambientalisti” (Edizioni Piemme). 2004 coautore con del libro “Emergenza demografia. Troppi? Pochi? O mal distribuiti?” (Rubbettino editore). 2004 coautore con altri del libro “Biotecnologie, i vantaggi per la salute e per l’ambiente” ((21mo Secolo, Roma 2004). 2006 insieme a Riccardo Cascioli “Le Bugie degli Ambientalisti 2” (Edizioni Piemme). 2008 insieme a Riccardo Cascioli il libro “Che tempo farà… Falsi allarmismi e menzogne sul clima (Piemme). 2008, è stata pubblicata l’edizione giapponese de “Le bugie degli ambientalisti” edizioni Yosensha. 2009. insieme a Riccardo Cascioli “I padroni del Pianeta – le bugie degli ambientalisti su incremento demografico, sviluppo globale e risorse disponibili” (Piemme). 2010 insieme a Riccardo Cascioli, è stato pubblicato il volume “2012. Catastrofismo e fine dei tempi” (Piemme). 2011 Questo volume è stato pubblicato anche in Polonia con l’imprimatur della Curia Metropolitana di Cracovia per le e3dizioni WYDAWNICTTWO SW. Stanislawa BM.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel