Vatican: Biogénétique, risque d´une « nouvelle forme de racisme »

Grandes lignes du document publié par le Saint-Siège pour la Conférence sur le racisme

CITE DU VATICAN, vendredi 31 août 2001 (ZENIT.org) – Le Saint-Siège a dénoncé avec force de risque de l´apparition d´une « nouvelle forme de racisme » avec le développement des techniques de procréation artificielle, dans un document publié pour la Conférence Internationale sur le racisme, qui a commencé aujourd´hui à Durban, en Afrique du Sud.

« Le développement de ces techniques, affirme le Vatican, peut conduire à la création de sous-catégories d´êtres humains essentiellement destinés au bien-être de quelques uns ». Le Saint-Siège redoute « une nouvelle et terrible forme d´esclavage ».

Le document du Saint-Siège, qui s´intitule « L´Eglise face au racisme. Pour une société plus fraternelle », déplore la « tentation eugénique » que l´on discerne surtout dans les « importants intérêts commerciaux » qui se cachent derrière ces expériences.

« Les gouvernements et les communautés scientifiques, précise le Vatican, devront être très attentifs dans ce domaine ».

Ce document est une mise à jour du celui qui fut publié en 1988, également par le Conseil Pontifical Justice et Paix. Il a été préparé spécialement pour la Conférence sur le racisme organisée par les Nations Unies, qui a lieu en ce moment, et montre que les différentes formes de racisme s´intensifient en ce moment, parallèlement à l´avancée inexorable de la globalisation dans le monde.

« La situation déplorable en matière de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie, des formes d´intolérance, ne s´est pas améliorée depuis 1988. Elle a même empiré car la population continue de grandir au point que le conflit entre les cultures et le caractère multiethnique de la population sont devenus un authentique contentieux social », précise le document rédigé par le Conseil Pontifical dont le président est le cardinal vietnamien François-Xavier Nguyen Van Thuân.

Selon le Vatican, « la chute du mur de Berlin a fait renaître des rancoeurs et des nationalismes qui étaient restés cachés pendant les années du rideau de fer ». La situation a ensuite empiré aussi en Afrique, même s´il faut se féliciter de la fin du régime de l´apartheid en Afrique du Sud.

La situation actuelle, constate le Saint-Siège, montre toute l´importance de la Conférence de Durban dont le succès ne devrait pas être compromis par des affaires de politique partisane.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!