Une vie pour sauver les icônes

Et répandre la paix du Christ

Le martyrologe romain fait aujourd’hui mémoire d’un saint magnifique, chantre du mystère de l’Incarnation de Dieu: saint Michel de Synnade, évêque (+ 826), dont la vie a été offerte pour défendre les saintes icônes et répandre la paix du Christ dans un monde tourmenté.

Michel était moine, disciple de saint Taraise de Constantinople (+806), lui-même ancien membre du conseil de l’impératrice Irène, devenu patriarche. Taraise n’avait accepté cette charge qu’à la condition que fût réuni un concile pour mettre fin à la persécution iconoclaste. Ce qui fut fait lors du second concile de Nicée, en 784.

Michel, que Taraise avait appelé à la tête du diocèse de Synnade, en Phrygie, fut chargé de porter la lettre synodale au pape Adrien Ier, à Rome, et celui-ci en approuva les décrets.

En 806, c’est l’empereur qui choisit Michel comme ambassadeur à Bagdad, pour négocier la paix avec le sultan Haroun-al-Rachid. En 811, il est envoyé auprès de Charlemagne: un succès, avec la signature du traité d’Aix-la-Chapelle, auquel s’associe le pape Léon III.

Pourtant, en 814, l’empereur Léon V l’Arménien interdit les icônes dans l’empire. Le patriarche Nicéphore, successeur de Taraise, proteste. L’empereur réunit au palais les principaux représentants de l’Eglise. Michel y accuse le souverain de “tyrannie”, ce qui lui vaut douze ans d’un dur exil, en Galatie, où il meurt, sans avoir cessé de défendre le culte des icônes.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!