Faire un don

Un saint prêtre polonais témoin de la miséricorde divine

Il unissait vie contemplative et apostolat

Le martyrologe romain fait mémoire, le 15 mars, entre autres, du bienheureux prêtre polonais Jan Balicki (1869-1948), béatifié par Jean-Paul II à Cracovie en août 2002.

Mais déjà, le 22 décembre 1975, alors qu’il était archevêque de Cracovie, il écrivit une lettre au pape Paul VI pour lui demander de présenter Jean Balicki comme modèle pour les prêtres d’aujourd’hui.

Humble prêtre du diocèse de Przemysl, en Pologne, le P. Jan Balicki enseigne comment unir la vie contemplative à l’apostolat, comment aider son prochain dans ses besoins matériels et spirituels, comment conquérir la sainteté en évangélisant le monde.

Professeur et formateur de nouveaux prêtres, il a été également été un prédicateur estimé, un confesseur charismatique et un pasteur soucieux de la brebis perdue.

Jan Adalbert Balicki était né le 25 janvier 1869 à Staromiescie, dans le quartier de Rzeszow. Il grandit dans une atmosphère familiale très religieuse et décida de se consacrer à Dieu.

Après le baccalauréat, il entra au séminaire de Przemysl. Une fois ordonné prêtre, il accomplit son service pastoral dans la paroisse de Polna et il fut ensuite envoyé à Rome: il obtint une maîtrise en théologie à l’Université pontificale grégorienne.

Nommé professeur de théologie dogmatique au séminaire de Przemysl, il puisait dans la prière la sagesse et la lumière de l’Esprit Saint. Il devint ensuite recteur du séminaire, de 1928 à 1934.

Atteint d’une double pneumonie et de tuberculose, au lendemain de la guerre qui avait affaibli une santé dajà précaire, il s’éteignit le 15 mars 1948, en odeur de sainteté.

A propos de son don de confesseur et de directeur spirituel, le pape Jean-Paul II citait les paroles de Jésus dans le Petit Journal de sainte Faustine: « Dis à mes prêtres que les pécheurs endurcis s’attendriront à leur parole, lorsqu’ils parleront de ma Miséricorde infinie et de la compassion que j’ai pour eux dans mon Cœur. »

Lors de l’audience générale qui a suivi son voyage, Jean-Paul II a souligné le sens des béatifications, à Rome, le 21 août : « J’ai voulu indiquer ces nouveaux bienheureux au peuple chrétien, afin que leurs paroles et leur exemple constituent un élan et un encouragement à témoigner, à travers les faits, de l’amour miséricordieux du Seigneur qui vainc le mal par le bien (cf. Rm 12, 21). Ce n’est qu’ainsi qu’il est possible d’édifier la civilisation de l’amour désirée, dont la force douce s’oppose avec vigueur au mysterium iniquitatis présent dans le monde. C’est à nous, disciples du Christ, que revient la tâche de proclamer et de vivre le profond mystère de la Miséricorde Divine qui régénère le monde, en nous poussant à aimer nos frères et même nos ennemis. Ces bienheureux, ainsi que les autres saints, sont des exemples lumineux de la façon dont l’‘imagination de la charité’, nous permet d’être proches et solidaires de ceux qui souffrent (cf. n. 50), artisans d’un monde renouvelé par l’amour. »

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée près le Saint-Siège depuis 1995. Rédactrice en chef du service en français de ZENIT qu'elle a créé en janvier 1999.

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel