Transmettre l’espérance chrétienne pour faire face à la dépression

Intervention du card. Dias au congrès organisé au Vatican sur le thème de la dépression

CITE DU VATICAN, mercredi 19 novembre 2003 (ZENIT.org) – L’espérance est un antidote à la dépression. C’est le message que le cardinal Ivan Dias, archevêque de Bombay a voulu transmettre au congrès sur la dépression organisé par le Conseil pontifical pour la pastorale de la santé les 13, 14 et 15 novembre.

Le cardinal Dias a commencé son intervention un citant un proverbe chinois qui dit : « Au lieu de maudire les ténèbres, allume une bougie ».

Il présente l’espérance chrétienne comme un remède pour vaincre la dépression. « L’espérance est un puissant antidote à la dépression et un traitement puissant pour la guérir », déclare-t-il.

Il explique que la pastorale auprès des personnes souffrant de dépression n’est pas seulement « importante » mais « indispensable ». Cette pastorale, précise-t-il « fait référence à la vertu de l’espérance qui conduit les personnes à espérer des guérisons et même des miracles et les pousse à se battre pour faire face à des défis difficiles ».

« La vertu théologique de l’espérance met les êtres humains en lien avec un Dieu tout-puissant, qui sait tout et qui aime tous les hommes », explique l’archevêque de Bombay.

Le cardinal Dias conseille aux agents de la pastorale auprès des personnes souffrant de dépression, à qui s’adresse en premier lieu son discours, de chercher à transmettre la « foi » et la « confiance dans la vie ». Il cite la parabole évangélique de la maison construite sur le roc, expliquant que cette parabole souligne l’importance de baser la vie spirituelle sur « une foi solide et sur l’espérance », comme « antidote à la dépression pour certains et traitement de la dépression pour d’autres ». Puis il cite saint Paul : « Qui nous séparera de l’amour du Christ ? » et le Psaume 23 : « Seigneur, tu es mon berger… Passerais-je un ravin de ténèbre, je ne crains aucun mal car tu es près de moi ».

L’archevêque de Bombay précise que l’image du « rocher de la foi et de l’espérance » comme un antidote à la dépression « peut être appliquée non seulement à des personnes individuelles mais aussi à une société tout entière, à des peuples, à un continent ». Il rappelle que le Saint Père a choisi l’espérance comme « thème principal de son Exhortation Apostolique ‘Ecclesia in Europa’ après la deuxième Assemblée Spéciale pour l’Europe du Synode des Evêque ».

« L’Europe, dit-il en citant le pape, a un besoin croissant d’espérance, une espérance qui nous permettra de donner un sens à la vie et à l’histoire et à poursuivre notre chemin ensemble », et « en dépit des apparences… la victoire du Christ a déjà eu lieu et est définitive ». « Ce que le Saint Père dit de l’Europe peut facilement s’appliquer aux nations dites développées à travers le monde, et être un avertissement pour les pays en voie de développement qui essaient souvent d’imiter les pays riches », poursuit-il.

« La pastorale auprès des personnes déprimées est un impératif aujourd’hui », selon l’archevêque de Bombay. « Beaucoup dépendra de la force spirituelle et morale des agents pastoraux et de leur capacité à faire naître l’espérance et la confiance dans la personne qu’ils accompagnent », déclare-t-il tout en précisant que « la thérapie spirituelle doit œuvrer en parallèle avec d’autres traitements ».

Cependant, conclut le cardinal Dias, citant le psaume 127: « Si le Seigneur ne bâtit la maison, en vain peinent les bâtisseurs ».

Pope-crowd-blur

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!