Faire un don

« Seigneur, je ne peux rien faire sans ton aide »

Dans son homélie du jeudi 18 juin, le pape François appelle à prier Dieu parce que l’homme est « faible » dans sa vie et dans sa foi. Mais avant de demander Dieu et de Lui dire « Père », il faut pardonner aux autres, être en paix avec eux.

« Seigneur, je sais que dans ma faiblesse, je ne peux rien faire sans ton aide » : c’est la prière que recommande le pape François lors de la messe du 18 juin 2015, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe.

En commentant l’Évangile selon saint Matthieu (6,7-15) le pape constate que les hommes sont « faibles », car « nous portons tous la blessure du péché originel » : «Nous glissons dans les péchés, nous ne pouvons pas aller de l’avant sans l’aide du Seigneur… Celui qui se croit fort, qui se croit capable de se débrouiller seul, est naïf, et il reste finalement un homme vaincu par tant de faiblesses qu’il porte en lui ».

« Nous ne pouvons pas faire une étape dans la vie chrétienne sans l’aide du Seigneur, parce que nous sommes faibles. Et celui qui est debout doit prendre soin de ne pas tomber, car il est faible ». De même dans la foi : « Si nous ne sommes pas conscients de notre faiblesse nous finissons perdants. »

Il recommande cette prière : « Seigneur, je sais que dans ma faiblesse, je ne peux rien faire sans ton aide ». Cela suffit, inutile de prier « comme des païens » qui s’imaginent qu’ils seront entendus « en parlant beaucoup », ajoute-t-il. Il faut être comme la mère de Samuel qui demande au Seigneur la grâce d’avoir un enfant en remuant les lèvres seulement « parce qu’elle ne pouvait pas parler ».

Il faut « commencer la prière avec la puissance de l’Esprit qui prie en nous. Avec un cœur ouvert dans la présence de Dieu qui est Père et qui sait de quoi vous avez besoin avant que vous lui le disiez ».

Mais l’on ne peut « prier et dire « Père » à Dieu que si notre cœur est en paix avec les autres, avec les frères », affirme le pape : «Pardonnez. Pardonnez, comme Il vous pardonne. La faiblesse devient une force avec l’aide de Dieu dans la prière parce que le pardon est une grande force. Il faut être fort pour pardonner, mais cette force est une grâce que nous devons recevoir du Seigneur parce que nous sommes faibles ».

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel