Faire un don

Sacré-Coeur de Jésus : la « fête de l’amour de Dieu »

Homélie du 27 juin 2014

« On peut dire que ce jour est la fête de l’amour de Dieu en Jésus-Christ, de l’amour de Dieu » pour l’homme, déclare le pape François durant la messe à la Maison Sainte-Marthe en ce vendredi matin, 27 juin 2014, fête du Sacré-Cœur de Jésus.

Par cette fête, Dieu « donne la grâce et la joie de célébrer dans le cœur de son Fils les grandes œuvres de son amour ». Le pape a détaillé quelques traits de cet amour « mystérieux ».

L’amour de Dieu pour l’homme, est « une relation de papa-enfant ». Dieu « caresse » l’homme et lui dit : « Ne crains pas, je suis avec toi, je te prends par la main… », en formulant des paroles de tendresse, telles « une berceuse ».

Mais pour comprendre cet amour de Dieu, l’homme a besoin de « la petitesse de cœur ». Moïse explique qu’Israël a été élu parce qu’il « était le plus petit de tous les peuples ». Et dans l’Évangile, Jésus loue le Père « parce qu’il a caché les choses divines aux sages et les a révélées aux petits ».

D’ailleurs, quand Jésus parle de lui-même, il dit : « Je suis doux et humble de cœur » (Mt 11,25-30) : « Lui aussi, le Fils de Dieu, s’abaisse pour recevoir l’amour du Père. ». Si l’homme « se sent fort », il « ne fera jamais l’expérience de la caresse du Seigneur ».

Le pape a donné un autre signe particulier de l’amour de Dieu : Il aime le « premier ». Il est toujours « avant [l’homme] », « il attend » : « Quand nous arrivons, il est là. Quand nous le cherchons, il nous a cherchés le premier. Il est toujours avant nous, il nous attend pour nous recevoir dans son cœur, dans son amour ». Mais cet aspect de l’amour nécessite « l’étonnement » de trouver Dieu « là, qui attend ».

Enfin, « l’amour est davantage dans l’acte de donner que dans celui de recevoir » : « il se communique, toujours… et il est reçu par la personne aimée ». L’amour est aussi « davantage dans les œuvres que dans les paroles », car il « donne toujours la vie, il fait grandir : il conduit sur la route de la vie, comme un enfant, par la main ».

Avec une traduction de Constance Roques

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel