Faire un don

« Qui suis-je pour juger ? »

Homélie du matin, 17 mars 2014

« Qui suis-je pour juger ? Qui suis-je pour médire… ? Qui suis-je, moi qui ai fait les mêmes choses ou pire ? » : c’est l’attitude « miséricordieuse » que le pape a recommandée, hier, 17 mars 2014, lors de la messe à Sainte-Marthe.

Le pape a commenté l’Évangile du jour, où Jésus exhorte la foule : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Lc 6,36-38).

La honte est une grâce

« Pour être miséricordieux deux attitudes sont nécessaires » : « La première est la connaissance de soi ». Le chrétien est invité à reconnaître qu’il « a fait beaucoup de choses qui ne sont pas bonnes », qu’il est « pécheur ».

Même s’il n’a pas commis « de meurtre », il commet « tant de petites choses, tant de péchés quotidiens, de tous les jours… » et il doit avoir conscience de sa responsabilité : « Peut-être l’autre m’a-t-il aidé, a facilité la route pour le faire, mais c’est moi qui l’ai fait. »

Il s’agit de constater que l’on a un « petit cœur » et d’en « avoir honte devant Dieu » car « cette honte est une grâce ». « C’est simple, mais si difficile de dire: ‘Je suis pécheur, j’ai honte devant Toi et je te demande pardon’ ».

Avec « cette attitude de repentir », l’homme est plus à même « d’être miséricordieux », car il sent sur lui « la miséricorde de Dieu » : devant le repentir, « la justice de Dieu se transforme en miséricorde et pardon ».

Savoir élargir son cœur

Le pape a donné une deuxième attitude, qui découle de la première : « élargir son coeur », car « un petit cœur égoïste est incapable de miséricorde ». Le grand cœur au contraire « ne condamne pas mais il pardonne, il oublie », car « Dieu a oublié ses péchés. Dieu a pardonné ses péchés ». Si celui qui est pardonné ne pardonne pas à son tour, il risque d’être « hors jeu ».

« L’homme et la femme miséricordieux ont un coeur large : ils excusent toujours les autres et pensent à leurs péchés. « Tu as vu ce qu’il a fait ? ». « Moi j’en ai assez avec ce que j’ai fait, je ne m’en mêle pas ! » ». Le maître mot de cette attitude est : « Qui suis-je pour juger ? Qui suis-je pour médire sur cela ? Qui suis-je, moi qui ai fait les mêmes choses ou pire ? »

« Si tous les peuples, les personnes, les familles, les quartiers », laissaient « de la place à la compréhension et à la miséricorde », « que de paix il y aurait dans le monde, que de paix dans les cœurs ! Car la miséricorde porte à la paix. »

En outre, comme le dit le Seigneur : « Donnez, et vous recevrez : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier » : « Plus ton coeur est large, grand, plus tu peux recevoir », a conclu le pape.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel