Faire un don

« Quand je lis l’Evangile, je trouve Jésus »

Homélie du matin, 1er septembre 2014

« Chaque fois que je lis l’Évangile, je trouve Jésus », affirme le pape François qui a repris ses homélies quotidiennes après la pause estivale, ce matin, 1er septembre 2014, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe.

Le pape a commenté la première lecture (1Co 2, 1-5), où saint Paul déclare « Je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige du langage humain ou de la sagesse… mais c’est l’Esprit et sa puissance qui se manifestaient. »

« Paul dit : « Mais je ne suis pas venu chez vous pour vous convaincre par des arguments, par des paroles ou par de belles figures… Non. Je suis venu d’une autre façon, avec un autre style. Je suis venu par la manifestation de l’Esprit et de sa puissance. Pour que votre foi ne soit pas fondée sur la sagesse humaine, mais sur la puissance de Dieu » », a expliqué le pape

« La Parole de Dieu est différente, elle n’est pas égale à la parole humaine, à une parole sage, scientifique, philosophique… non ! C’est autre chose », a-t-il poursuivi : dans l’Evangile, les habitants de Nazareth sont « furieux » et cherchent à tuer Jésus car « la Parole de Dieu est différente de la parole humaine » (Lc 4, 16-30).

En effet, « la Parole de Dieu est Jésus lui-même » et Jésus « est un motif de scandale. La Croix du Christ scandalise. Et c’est cela, la force de la Parole de Dieu : Jésus-Christ, le Seigneur ».

Comme il l’a fait hier durant l’angélus, le pape a encouragé à « lire un passage de l’Évangile pendant sa journée », non pas « pour apprendre » mais « pour trouver Jésus, parce que Jésus est présent dans sa Parole. Chaque fois que je lis l’Évangile, je trouve Jésus ».

Il a décrit l’attitude pour recevoir cette Parole : « comme on reçoit Jésus, c’est-à-dire le cœur ouvert, le cœur humble, avec l’esprit des Béatitudes. Parce que c’est ainsi que Jésus est venu, dans l’humilité, dans la pauvreté ».

Celui qui désire « écouter et recevoir la Parole de Dieu », doit d’abord « prier l’Esprit-Saint » et demander « un cœur comme le cœur des Béatitudes ».

Le pape a invité à un examen de conscience : « Comment est-ce que je reçois la Parole de Dieu ? Comme quelque chose d’intéressant ? « Ah le prêtre a indiqué ceci aujourd’hui… mais c’est vraiment intéressant ! Quelle sagesse, ce prêtre ! ». Ou bien est-ce que je la reçois simplement, parce que c’est Jésus vivant ? »

Il a également posé une deuxième question : « Suis-je capable d’acheter un petit Évangile – ça ne coûte pas grand-chose ! – et de l’avoir dans ma poche, de l’avoir dans mon sac et, quand je peux, dans la journée, d’en lire un passage, pour y trouver Jésus ? »

Avec une traduction de Constance Roques

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel