Faire un don
Marie Mère de l'Eglise, mosaïque, place Saint-Pierre, en souvenir de la protection de la Vierge le 13 mai 1981, capture

Marie Mère de l'Eglise, mosaïque, place Saint-Pierre, en souvenir de la protection de la Vierge le 13 mai 1981, capture

Prière à l’Esprit Saint: «Que je me souvienne et que je comprenne»

Accueillir l’Esprit Saint comme « maître intérieur »

Prier l’Esprit Saint en lui disant: «Que je me souvienne et que je comprenne», c’est ce que recommande le pape François qui a commenté les lectures de la messe, dimanche, à midi, avant le Regina caeli.

« Que la Vierge Marie nous aide à accueillir avec docilité l’Esprit Saint comme maître intérieur et mémoire vivante du Christ sur notre chemin quotidien », a dit le pape.

Voici notre traduction intégrale des paroles du pape François avant la prière mariale du Regina caeli, dimanche 1er mai, place Saint-Pierre.

Allocution du pape François

Chers frères et chères sœurs, bonjour !

L’Évangile de ce jour nous emmène à nouveau au Cénacle. Pendant la dernière Cène, avant d’affronter la passion et la mort sur la croix, Jésus a promis à ses apôtres le don de l’Esprit Saint, qui aura la charge d’enseigner et de rappeler ses paroles à la communauté des disciples. Jésus lui-même le dit : « Le Paraclet, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit » (Jn 14,26). Enseigner et rappeler. Voilà ce que fait l’Esprit Saint dans nos cœurs.

Au moment où il va retourner vers le Père, Jésus annonce la venue de l’Esprit Saint qui, avant tout, enseignera aux disciples à comprendre toujours plus pleinement l’Évangile, à l’accueillir dans leur existence et à le rendre vivant et agissant par leur témoignage. Alors qu’il va confier aux apôtres – mot qui veut justement dire « envoyé » – la mission de porter l’annonce de l’Évangile dans le monde entier, Jésus promet qu’ils ne resteront pas seuls : l’Esprit Saint sera avec eux, le Paraclet, qui sera à leur côté, ou plutôt, qui sera en eux, pour les défendre et les soutenir. Jésus retourne vers son Père mais il continue d’accompagner et d’instruire ses disciples par le don de l’Esprit Saint.

Le second aspect de la mission de l’Esprit Saint consiste à aider les apôtres à se souvenir des paroles de Jésus. L’Esprit a la charge de réveiller la mémoire, de rappeler les paroles de Jésus. Le divin Maître a déjà communiqué tout ce qu’il avait l’intention de confier aux apôtres : avec Lui, le Verbe incarné, la Révélation est complète. L’Esprit rappellera les enseignements de Jésus dans les diverses circonstances concrètes de la vie, pour qu’ils soient mis en pratique. C’est justement ce qui se produit encore aujourd’hui dans l’Église, guidée par la lumière et la force de l’Esprit Saint, afin qu’il puisse apporter à tous le don du salut, c’est à dire l’amour et la miséricorde de Dieu. Par exemple, quand vous lisez tous les jours – comme je vous l’ai conseillé – un extrait, un passage de l’Évangile, demander à l’Esprit Saint : « Que je comprenne et que je me souvienne de ces paroles de Jésus ». Et ensuite lire le passage, tous les jours… Mais avant, cette prière à l’Esprit Saint qui est dans notre cœur : « Que je me souvienne et que je comprenne ».

Nous ne sommes pas seuls : Jésus est près de nous, au milieu de nous ! Sa présence nouvelle dans l’histoire advient par le don de l’Esprit Saint, par l’intermédiaire duquel il est possible d’instaurer un rapport vivant avec Lui, le Crucifié ressuscité. L’Esprit, répandu en nous par les sacrements du baptême et de la confirmation, agit dans notre vie. Il nous guide dans notre manière de penser, d’agir, de distinguer ce qui est bien et ce qui est mal ; il nous aide à pratiquer la charité de Jésus, le don qu’il fait de lui-même aux autres, spécialement aux plus démunis.

Nous ne sommes pas seuls ! Et le signe de la présence de l’Esprit Saint est aussi la paix que Jésus donne à ses disciples : « Je vous donne ma paix » (v. 27). Elle est différente de celle que les hommes se souhaitent ou tentent de réaliser. La paix de Jésus jaillit de la victoire sur le péché, sur l’égoïsme qui nous empêche de nous aimer comme des frères. C’est un don de Dieu et le signe de sa présence. Chaque disciple, appelé aujourd’hui à suivre Jésus en portant sa croix, reçoit en lui la paix du Crucifié ressuscité avec la certitude de sa victoire et dans l’attente de sa venue définitive.

Que la Vierge Marie nous aide à accueillir avec docilité l’Esprit Saint comme maître intérieur et mémoire vivante du Christ sur notre chemin quotidien.

© Traduction de Zenit, Hugues de Warren

About Hugues de Warren

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel