Faire un don

Prier pour la conversion des autres, un devoir du chrétien

Homélie du 17 juin 2014

Lorsque les pages des journaux rapportent « qu’un tel ou un tel est corrompu », le « devoir des chrétiens est de demander pardon pour eux » afin qu’ils « ne meurent pas le cœur corrompu », déclare le pape François le 17 juin 2014.

Durant l’homélie de la messe à Sainte-Marthe, le pape François a une nouvelle fois fustigé la corruption, invitant notamment à prier pour la conversation des personnes corrompues, car « le Seigneur pardonne » à celui qui lui demande pardon. Le pape invite régulièrement à prier pour la conversion des criminels, comme lors de l’angélus du 26 janvier dernier.

Le corrompu devient une marchandise

Quand quelqu’un « entre » sur le « chemin de la corruption », il « supprime des vies, usurpe et il se vend », à l’image du roi Acab qui s’empare de la vigne de Naboth, dans la première lecture (1R21,17-29). Le corrompu se « vend », comme s’il « cessait d’être une personne et devenait une marchandise », « il se vend pour faire le mal, mais il ne le sait pas : il croit qu’il se vend pour avoir plus d’argent, plus de pouvoir ».

« Qu’est-ce qui attend les personnes corrompues ? La malédiction de Dieu, parce qu’elles ont exploité les innocents, ceux qui ne peuvent pas se défendre, et elles l’ont fait avec des gants blancs, de loin, sans se salir les mains. ». Dieu dit à Acab : « Je vais faire venir sur toi le malheur : je supprimerai ta descendance, j’exterminerai tous les mâles de ta maison, esclaves ou hommes libres. »

« La personne corrompue irrite Dieu et fait pécher le peuple… elle scandalise la société, scandalise le peuple de Dieu… elle exploite ceux qui ne peuvent pas se défendre, elle rend esclave ». Or Jésus le dit, celui qui « fait scandale, mieux vaut qu’il se jette dans la mer ».

La porte de sortie de la corruption

« Y a-t-il une issue pour les personnes corrompues ? Oui ! ‘Quand Acab entendit les paroles prononcées par Élie, il déchira ses habits, se couvrit le corps d’un vêtement de pénitence ; et il jeûnait, il gardait le vêtement de pénitence pour dormir, et il marchait lentement.’ »

Voici « l’issue des personnes corrompues, des corrompus politiques, des corrompus en affaires et des corrompus ecclésiastiques : demander pardon ! Cela plaît au Seigneur ». Le Seigneur « pardonne, mais il pardonne quand les personnes corrompues » font « ce qu’a fait Zachée : « J’ai péché, Seigneur. Je donnerai quatre fois ce que j’ai volé » ».

C’est pourquoi le pape invite à prier pour la conversion des personnes corrompues : « Quand nous lisons dans le journal qu’un tel est corrompu, que tel autre est corrompu, qu’il a fait cet acte de corruption, notre devoir de chrétien est de demander pardon pour eux, et que le Seigneur leur donne la grâce de se repentir, qu’ils ne meurent pas le cœur corrompu. »

Avec une traduction de Constance Roques

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel