Faire un don

Philippines : les pauvres, coeur du message du pape

Explications dans l’avion de Colombo à Manille

Les pauvres étaient le cœur du message du pape aux Philippines : c’est le pape lui-même qui l’a expliqué, dans l’avion de Colombo à Manille, le 15 janvier 2015.

Le pape a en effet répondu aux questions des journalistes, à la mi-temps de son voyage en Asie (12-19 janvier, Sri Lanka et Philippines) : « Le cœur, le noyau du message [aux Philippines] sont les pauvres », a-t-il affirmé.

Il a évoqué « les pauvres qui veulent aller de l’avant, les pauvres qui ont souffert du typhon Yolanda et qui en subissent encore les conséquences, les pauvres qui ont la foi, l’espérance, en cette commémoration du Ve centenaire de la prédication de l’Évangile aux Philippines. Le peuple de Dieu… les pauvres exploités par ceux qui commettent tant d’injustices sociales, spirituelles, existentielles. Je pense à eux. En allant aux Philippines, je pense à eux. »

Le pape a exprimé sa proximité de la communauté philippine en racontant une récente anecdote vécue au Vatican, à Sainte-Marthe : le 7 janvier, pour la fête de Noël des chrétiens orientaux, des employés éthiopiens et philippins « ont invité tous les employés, une cinquantaine, à déjeuner. J’y suis allé, et j’ai vu les Philippins qui ont quitté leur patrie, à la recherche d’un avenir meilleur, laissant leur papa, leur maman et leurs enfants pour venir travailler ici… Les pauvres, c’est le noyau. »

Dès sa rencontre avec les autorités du pays au palais présidentiel de Manille le 16 janvier, le pape François a appelé à la « conversion du coeur » qui permettra une réforme des structures de la société qui portent à la « pauvreté » et à « l’exclusion des pauvres ».

Saluant « l’Année des pauvres », proclamée par les évêques du pays, il a souhaité « que cette requête prophétique provoque en chacun, à tous les niveaux de la société, le refus ferme de toute forme de corruption qui détourne les ressources destinées aux pauvres », et qu’elle conduise à « un effort concerté pour inclure tout homme, toute femme et tout enfant dans la vie de la communauté ».

Dans le discours de sa rencontre avec les prêtres, les religieux et les familles des survivants du super typhon Haiyan/Yolanda, le 17 janvier en la cathédrale de Palo sur l’île de Leyte – sud-est de l’archipel – il a à nouveau appelé les dirigeants à « faire davantage pour les pauvres ».

« Je demande que les pauvres du pays tout entier soient traités équitablement, que leur dignité soit respectée, que les orientations politiques et économiques soient justes et les prennent en compte, que les opportunités d’emploi et d’éducation soient développées et que soient ôtés les obstacles à la prise en charge des services sociaux », a-t-il déclaré.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel