Faire un don
Philadelphia Skyline 2008

Wikipedia Commons - Ed Yakovich

Philadelphie 2015 : plus de 17 000 participants

Présentation et témoignages recueillis par Radio Vatican.

La Rencontre mondiale des familles de Philadelphie rassemble plus de 17 000 participants, annonce Radio Vatican, soit presque le double des présences enregistrées à Milan en 2012. Voici notre traduction de la dépêche en italien présentant l’événement.

Alors que les rencontres sur divers thèmes s’enchaînent les unes aux autres, l’attente grandit pour l’arrivée, samedi, du pape François au Franklin Parkway de la grande ville, en Pennsylvanie. Yago De la Cierva, responsable de la presse étrangère pour la Rencontre, en parle au micro de Radio Vatican :

Yago De la Cierva : C’est un grand événement. Nous avons été vraiment très surpris, car nous avons eu plus de 17 000 inscriptions, on ne s’y attendait pas, surtout qu’il y a cette nouveauté du congrès pour les jeunes, avec plus de 1 500 inscrits. Donc nous sommes vraiment contents.

Radio Vatican : Comment s’articulent ces rencontres ?

De manière très ouverte. Il y a peu d’interventions plénières mais un très grand nombre de séances de travail simultanément, pour que le public puisse choisir les thèmes qu’il veut approfondir. Car, bien évidemment, toutes les questions internationales qui nous préoccupent peuvent être affrontées du point de vue des familles : l’intégration sociale, l’éducation, le travail. Affronter ces questions d’un œil qui intéresse la famille apporte beaucoup au sujet traité. Et puis n’oublions pas que le synode approche et que beaucoup de pères synodaux seront présents. Ils pourront rapporter au synode les conseils, les expériences et toutes les belles choses qu’ils auront entendus ici.

Pourrions-nous dire que cette rencontre est en quelque sorte un synode des familles ?

Oui, c’est une façon de faire entrer les familles à l’intérieur du synode. D’ailleurs, nous essaierons de mettre à disposition toutes les interventions et comptes rendus des séances, pour tous ceux qui ne sont pas venus et nous espérons que beaucoup de pères synodaux auront le temps de les écouter, de les regarder, etc.

Ces familles viennent du monde entier pour se confronter sur leurs difficultés, mais aussi pour connaître tout simplement d’autres réalités…

Oui, en effet, car les problèmes de la famille varient beaucoup dans le monde. Il y a des personnes qui ont souffert de problèmes, qui rencontrent des difficultés et bien souvent elles ont trouvé d’excellentes solutions. Venir ici pour partager ces expériences est un trésor. La foi par exemple enrichit la vie familiale et lui apporte des solutions. Je crois que ce sera un des points forts de ce congrès.

Beaucoup d’orateurs ne sont pas catholiques, pourquoi ?

Environ 40 % des orateurs ne sont pas catholiques mais les questions qui concernent la famille intéressent tout le monde. Et je dirais que, sur ces sujets, toutes les religions, surtout toutes les Églises chrétiennes, peuvent travailler ensemble. Donc, le fait que l’on parle ici de la famille et de ses problèmes de manière très ouverte sera je crois très utile.

 

Les familles se compteront donc par milliers samedi prochain à Philadelphie. Massimiliano Menichetti, de Radio Vatican, a recueilli leurs attentes :

— Pour moi, c’est une très belle sensation car je n’ai jamais participé à une rencontre mondiale pour les familles. Et puis venir ici à Philadelphie, voir cette réalité, comment tout est organisé, est très beau et émouvant. J’ai déjà fait la connaissance d’une famille d’Argentins, par exemple, et je dois dire que les problèmes familiaux, quand on élève des enfants, sont plus ou moins les mêmes dans le monde entier… Pouvoir se confronter tous ensemble et voir comment résoudre les problèmes que connaissent toutes les familles, c’est très beau.

Le pape François arrive samedi : à quoi t’attends-tu ?

Je m’attends sûrement à une grande émotion générale. Avec toute cette joie qu’il arrive à transmettre, toute cette sérénité qui aide à affronter les problèmes de la vie. Avec lui, tout a l’air si simple.

Tu as 16 ans, qu’est-ce que cela représente pour toi d’être à cette Rencontre mondiale des familles 2015, avec 17 000 personnes inscrites, du monde entier ?

J’espère sortir grandie de cette expérience, après avoir vu de nouveaux mondes. Ils viennent du monde entier, donc c’est important mais très beau aussi.

Les familles, ici, se confrontent entre elles, discutent de leurs problèmes, de leurs joies et de leurs peines…

— Il est essentiel que la famille soit unie et c’est très beau. Je pense que le pape dira quelque chose à ce propos, pour qu’elle se sente plus unie.

— Pour moi, c’est très beau d’être ici. C’est la première fois que je participe et c’est très beau, magnifique, pour toutes les familles qui sont ici, tout comme d’avoir eu la possibilité d’amener ici toute sa famille.

© Traduction de Zenit, Océane Le Gall

About NULL Radio Vatican

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel