Paix: Lorsque la « méfiance réciproque » devient « collaboration amicale »

Le 3e volume des Messages pour la Paix remis à Jean-Paul II

CITE DU VATICAN, Jeudi 29 mars 2001 (ZENIT.org) – La paix est possible lorsque la « méfiance réciproque » devient « collaboration amicale », rappelait hier Jean-Paul II qui en appelait à la « paix des armes » et aux « armes de la paix », dans la justice et la solidarité.

Le troisième volume des recueils, en langue allemande, des Messages annuels pour la Journée mondiale de la paix a en effet été présenté hier, 28 mars, lors de l´audience accordée par le pape, après la messe privée du matin, au nonce apostolique en Autriche, Mgr Donato Squicciarini, promoteur de l´édition confiée à la « Berliner Verlagshaus Duncker & Humblot », ainsi qu´au directeur des éditions, M. Norbert Simon, et aux collaborateurs du volume. L´ouvrage comprend les messages annuels de 1993 à 2000 et d´autres interventions du pape en faveur de la paix dans le monde.

L´Osservatore Romano souligne aujourd´hui l´événement à la Une de son édition en italien et en publie la photo à côté de quatre autres titres évoquant les attentats en Israël, les représailles à Hébron à la suite du meurtre d´un bébé Israélien par des Palestiniens, le « soutien à la révolte » donné par le sommet de la Ligue arabe à Amman, mais aussi la bataille entre les forces macédoniennes et la guérilla albanaise, les arrestations en Russie à la suite des attentats de samedi dernier et l´attaque des rebelles Tchétchènes à Grozny.

Le quotidien de la Cité du Vatican consacre une page au discours de Jean-Paul II et du nonce, sous ce titre: « La paix, fruit de la solidarité, est possible si la méfiance réciproque se transforme en collaboration amicale ».

Le pape cite en particulier la devise du pontificat de Pie XII: « Opus justitiae pax », que Jean-Paul II traduit: « La paix est le fruit de la justice ». Il l´actualise aussi en recourant aux termes bibliques pour affirmer: « Opus solidarietatis pax: la paix est le fruit de la solidarité ».

« Pour que la ´paix des armes´ puisse croître et durer dans le temps, précise encore le pape, il faut que l´homme se confie aux ´armes de la paix´: parmi elles se trouve celles du respect de la dignité humaine, ainsi que la pratique de la justice et de la solidarité. Ces ´armes de la paix´ se lèvent lorsque n´est pas respectée la dignité de la personne humaine, lorsque le faible est opprimé et le pauvre défavorisé ».

« Le discours de la paix, continuait le pape, ne doit pas rester que paroles, il doit devenir aussi action. Je nourris dans mon cœur l´espérance que se diffuse davantage la ´culture de la paix´, afin que le globe terrestre soit enveloppé par le ´filet de la paix´, entrelacé avec la ´globalisation de la solidarité´. »

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!