Ouganda : le pardon d’Emmanuel, enlevé et torturé

Rencontre du pape et des jeunes à Kampala

Emmanuel Odokonyero

Screenshot CTV - Emmanuel Odokonyero

Enlevé, torturé, quand il était au petit séminaire, par des groupes armés rebelles, Emmanuel Odokonyero a donné son témoignage de pardon, devant les jeunes réunis autour du pape François au terrain d’aviation de Kololo, à Kampala (Ouganda), samedi, 28 novembre.

« Ils sont tous pardonnés parce que Jésus-Christ a brisé le pouvoir de la mort en souffrant sur la Croix », a déclaré Emmanuel.

Le pape François a ensuite invité les jeunes à ouvrir la porte au Christ.

A.B.

Témoignage d’Emmanuel Odokonyero

Saint-Père, chers amis,

C’est le 11 mai 2003, à 11 heures du soir, que les rebelles de l’Armée de la résistance du Seigneur (LRA) ont attaqué le petit séminaire du Sacré-Cœur, à Lacor. Ils ont brisé la fenêtre et fait entrer un enfant pour qu’il ouvre la porte du dortoir du niveau O, où ils ont enlevé 41 élèves, dont moi. Nous avons quitté les bâtiments de l’école à 2 heures du matin et marché jusqu’à 4 heures, quand nous avons rejoint le plus grand groupe des personnes enlevées.

Par peur de l’hélicoptère, ils nous ont séparés en petits groupes pour que nous ne puissions pas nous sauver. En captivité, nous avons dû faire face à différentes épreuves, parmi lesquelles : la famine, des abris de fortune, on nous battait ou on brûlait le dos des personnes en forme de signe de croix, avec du panga brûlant – qui brûle à long terme en développant des blessures ; d’autres avaient les jambes gonflées, et certains de nos amis ont été tués. J’ai été torturé, on m’avait attaché les mains dans le dos et je n’arrivais plus à respirer. Je voulais demander qu’on me tue plutôt que de souffrir une telle douleur. Ensuite, ils m’ont détaché et m’ont interdit de me sauver.

Avec la grâce de Dieu, j’ai réussi à m’échapper le 11 août 2003, du sous-comté de Namokora, dans le district de Kitgum, alors qu’on nous obligeait à traverser la route. C’était au-dessus de mes capacités, mais c’est le Dieu miséricordieux qui m’a guidé à travers ces épreuves.

Mon cœur est rempli de tristesse et de pitié pour ceux qui ont perdu la vie en captivité. Je vous demande, à vous tous rassemblés ici aujourd’hui, de prier pour les onze autres séminaristes et pour tous ceux qui sont en captivité, afin que le Dieu tout-puissant les fortifie, les protège et nous les ramène. Envers ceux qui m’ont torturé, je suis heureux que mon cœur ait trouvé l’amour, le pardon, la paix et la joie. Ils sont tous pardonnés parce que Jésus-Christ a brisé le pouvoir de la mort en souffrant sur la Croix.

Malgré toutes ces épreuves endurées en captivité, quand je me suis échappé, je n’ai pas abandonné. Avec le soutien de personnes bonnes, je suis retourné à l’école et j’ai passé un diplôme en administration des affaires.

Chers jeunes, au milieu des tentations et des autres épreuves dans nos vies, demeurons forts dans notre foi en croyant et en mettant notre confiance dans notre Seigneur Jésus-Christ.

© Traduction de Zenit, Constance Roques

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!