Faire un don
Journée contre la traite, capture vidéo preghieracontrotratta.org

Journée contre la traite, capture vidéo preghieracontrotratta.org

ONU: «Nous avons besoin d’une réponse organisée» contre la traite, affirme Mgr Jurkovic

«Des législations nationales supplémentaires sont nécessaires»

« Si la traite est dirigée par le crime organisé, nous avons besoin d’une réponse organisée », a déclaré Mgr Ivan Jurkovic, observateur permanent du Saint-Siège aux Nations Unies et aux autres organisations internationales à Genève (Suisse). « Nous ne pouvons vaincre la traite des personnes qu’en éliminant la culture du consumérisme qui l’alimente », a-t-il ajouté.

Mgr Jurkovic est en effet intervenu à la 38e session du Conseil des droits de l’homme sur la traite des êtres humains ce jeudi 21 juin 2018 à Genève.

« Chaque personne est créée libre – et à l’image de Dieu, a dit Mgr Jurkovic, et jouit d’une dignité avec les droits de l’homme fondamentaux. Personne n’est né pour être traité comme un esclave. »

Admettant que « la traite des êtres humains et la contrebande sont souvent floues, car elles sont souvent liées à des flux migratoires mixtes », l’observateur permanent affirme que « les systèmes d’enregistrement et de dépistage devraient être renforcés pour détecter et protéger les victimes, ou leurs souffrances continueront même après leur arrivée dans les pays de destination ».

« Des législations nationales supplémentaires sont nécessaires, estime-t-il, pour ne pas criminaliser les victimes, poursuivre les trafiquants et les consommateurs et démanteler les réseaux illégaux. »

Parmi « d’autres mesures utiles », Mgr Jurkovic cite « la prévention, protection et réinsertion des victimes », l’utilisation des « biens des trafiquants condamnés pour aider les victimes » ; « l’enregistrement de naissance » ; l’ouverture « des voies légales pour la migration » ; « la collaboration entre les acteurs impliqués et l’éducation ».

L’observateur permanent du Saint-Siège rappelle que le pape François « a assisté au lancement du « Groupe SainteMarthe » (« Santa Marta Group »)  qui engage les forces de l’ordre et les acteurs religieux à envisager des actions communes visant à améliorer la coopération pour éradiquer la traite des personnes et l’esclavage moderne, plaçant les victimes au centre même de sa stratégie ».

En citant l’exemple de ce Groupe comme « réponse organisée » à la traite, Mgr Jurkovic évoque les paroles du pape qui souligne que le « Groupe SainteMarthe » « offre une contribution essentielle pour s’attaquer aux causes et aux effets de ce fléau des temps modernes, qui continue de causer des souffrances humaines incalculables».

 

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel