Faire un don
Retraite de carême 2016 à Ariccia, L'Osservatore Romano

Retraite de carême 2016 à Ariccia, L'Osservatore Romano

«Notre cœur peut être le berceau ou le tombeau de Dieu», avertit le père Ronchi

Retraite de carême du pape François et de la curie romaine

«Notre cœur peut être le berceau ou le tombeau de Dieu», avertit le père Ermes Ronchi, selon Radio Vatican.

Il a présenté ce mardi matin 8 mars la quatrième méditation de la retraite spirituelle prêchée au pape François et à la curie romaine, à la Maison du Divin Maître, à Ariccia, depuis dimanche soir et jusqu’à vendredi matin.

Le père Ronchi, a souligné que les gens demandent aux prédicateurs : «Donne-moi ton expérience de Dieu». Le Christ, a-t-il poursuivi, «n’est pas ce que je dis de Lui, mais ce que je vis de Lui».

Si le Christ est «vivant à l’intérieur de nous», nous pouvons affirmer avec apôtre Pierre que le Christ est «le Fils du Dieu vivant ».

La vie d’un chrétien « coûte un prix tenace d’engagement et de persévérance », a expliqué le prédicateur, mais « le rêve de Dieu n’est pas un interminable cortège d’hommes, de femmes et d’enfants, chacun avec sa croix sur les épaules ». Il voudrait voir « des gens en chemin vers une vie bonne, heureuse et créative ».

La vie chrétienne a « aussi un prix doux, de lumière, a-t-il conclu : « le troisième jour, Il ressuscitera »»

Le père Ronchi a insisté que l’Église ne devrait pas allumer « les projecteurs sur elle-même, mais sur un Autre ». « Nous en avons, du chemin à faire : diminuer », «se mettre à l’écart», a-t-il ajouté.

Il a fait observer: « Nous ne sommes pas, nous, des médiateurs entre Dieu et l’humanité, le vrai médiateur, c’est Jésus».

En commentant le passage de l’Évangile dans lequel Pierre professe sa foi dans le Christ, le prédicateur a souligné qu’il fallait ouvrir son cœur pour comprendre qui est le Christ: «Vous voulez vraiment savoir quelque chose de moi, dit Jésus, et en même temps quelque chose de vous ? a continué le père Ronchi avant d’ajouter: «Paul a raison : le christianisme est scandale et folie. Maintenant nous comprenons qui est Jésus : il est un baiser à celui qui le trahit. Il ne rompt personne, il se rompt lui-même. Il ne verse le sang de personne, il verse son propre sang. Il ne sacrifie personne, il se sacrifie lui-même.»

Le Christ, a souligné le père Ronchi, « cherche des personnes »: « Pas des définitions, mais des implications : « Qu’est-ce qui t’est arrivé, quand tu m’as rencontré ? » « Et moi, je voudrais pouvoir répondre, a continué le prédicateur : « Te rencontrer a été le meilleur événement de ma vie ! Tu as été la meilleure chose qui me soit arrivée.»

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel