Faire un don

Marginaliser les personnes âgées, c’est appauvrir la société

Le Saint-Siège souligne leur expérience et leur sagesse

Marginaliser les personnes âgées, c’est « appauvrir la société de leur sagesse, de leur expérience et de leur présence enrichissante », affirme le Saint-Siège : le nombre croissant de personnes âgées les invite au contraire à « contribuer à la société plus longtemps ».

A la veille de la rencontre du pape avec les personnes âgées et grands-parents du monde (28 septembre), Mgr Silvano M. Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU à Genève, est intervenu lors de la 27ème session du Conseil des droits de l’homme, le 15 septembre 2014, sur la protections des droits humains des personnes âgées.

Soulignant « l’augmentation rapide du nombre de personnes âgées qui pourrait atteindre deux milliards dans le monde en 2050 », le Saint-Siège a dénoncé la « vision limitée » accordée à cette tendance démographique « trop souvent calculée uniquement sur la base de l’impact économique ».

Or « une approche purement économique et fonctionnelle risque de créer une culture où les membres les plus fragiles de la société – le fœtus, les plus pauvres, les malades et les personnes âgées, les personnes gravement handicapées, etc – sont en danger d’être rejetés ».

« La société efficace d’aujourd’hui tend à marginaliser les frères et sœurs vulnérables, notamment les personnes âgées, comme si elles étaient seulement un « poids » et un « problème » », a déploré Mgr Tomasi.

Rejeter les personnes âgées, c’est « appauvrir la société de leur sagesse, de leur expérience et de leur présence enrichissante », a-t-il ajouté : « le nombre croissant de personnes âgées, en particulier celles qui restent en bonne santé, signifie qu’elles peuvent apporter leur contribution à la société pour des périodes de temps plus longues ».

Il s’agit donc « d’élaborer des stratégies et de mettre en œuvre de nouvelles approches de structuration de la société, du monde du travail, de la technologie, des infrastructures de santé, de la protection sociale et des relations intergénérationnelles ».

Réaffirmant « le droit à la vie pour toutes les personnes, de la conception jusqu’à la mort naturelle », le Saint-Siège s’est opposé au « suicide assisté ». Il a exprimé également sa préoccupation pour le nombre croissant de personnes âgées « contraintes de quitter leurs foyers familiers pour chercher refuge dans des régions du monde où le coût des soins à long terme est moindre ».

« Parler du respect de tous les droits de l’homme, c’est aussi pour les personnes âgées parler du respect des liens avec leurs proches et avec un environnement familier », a insisté Mgr Tomasi.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel