Liban: Bannir le découragement. « Le Christ-Dieu fait homme habite avec nous »

Par le card. Nasrallah Pierre Sfeir, Patriarche d´Antioche des Maronites

CITE DU VATICAN, Vendredi 5 octobre 2001(ZENIT.org) – Le rôle de l´évêque, selon le patriarche Sfeir: « Principe d’unité, défenseur de la cité, prophète de l’espérance, bon pasteur, il donne sa vie pour son troupeau. C´est le rôle des Evêques au Liban. Ils cherchent à redonner espoir et relever le moral des fidèles humiliés, vexés, privés de dignité nationale ». Le cardinal faisait cette proclamation de foi: « Nous bannissons tout découragement. Le Christ-Dieu fait homme habite avec nous ».

Le cardinal maronite a pris la parole le 4 octobre au matin devant l´assemblée synodale. On se souvient que l´armée syrienne est toujours stationnée au Liban. Le cardinal partait du N° 12 de l´Instrumentum Laboris: « C´est ainsi seulement, en union au Christ . . . que l´évêque devient prophète de l’espérance » .

Pour le patriarche libanais, « l´évêque doit devenir prophète de l’espérance, même quand, ployant sous le poids de sa charge d’évêque, il lui semble que tous les horizons sont bouchés »: « Il doit espérer contre tout espoir ».

Il remarque au contraire le climat de « peur » et « d´inquiétude » régnant à l´heure actuelle. « Chacun sait que nous vivons dans un monde qui devient de plus en plus compliqué et où 1´homme, prisonnier de ses inventions, surtout de ses armes sophistiquées, vit dans un c1imat de peur, dit-il. Les dernières attaques horribles et inhumaines qui ont visé les symboles de la force économique, militaire et politique de la plus grande puissance du monde, ont plongé celui-ci dans l’inquiétude ».

Mais le cardinal Sfeir cherche la racine de cette situation. « Coupé de Dieu, l´homme est condamné à être en proie à l’inquiétude, conclut-il. Saint Augustin l´a bien dit. De là la nécessite de ré-évangéliser beaucoup de pays qui se disent chrétiens, prôner les valeurs chrétiennes, promouvoir les droits de 1´homme, donner de la stabilité à la famille première cellule de base d´une société humaine harmonieuse ».

Tel est le rôle des évêques au Liban: « Cette mission, le Christ l´a confiée à son Eglise et par suite à l’Evêque. Principe d’unité, défenseur de la cité, prophète de l’espérance, bon pasteur, il donne sa vie pour son troupeau. C´est le rôle des Evêques au Liban. Ils cherchent à redonner espoir et relever le moral des fidèles humiliés, vexés, privés de dignité nationale ».

Le patriarche déplore que les jeunes, en particulier, doivent choisir de s´expatrier. « N´ayant aucun pouvoir de décision, ceux-ci se réfugient dans l’émigration, rappelle le patriarche. C´est ainsi qu´en cette dernière décennie, un million de libanais, surtout des jeunes, pour la plupart diplômés, sont partis. Notre région, celle où le Christ est né, restera-t-elle sans aucun témoignage chrétien? Nous sommes sûrs que nous ne sommes pas seuls. Nous bannissons tout découragement. Le Christ-Dieu fait homme habite avec nous ».