Faire un don

Les trois prières pour accomplir la volonté de Dieu

Homélie du 27 janvier 2015

Pour « faire la volonté de Dieu », le pape préconise trois prières : « prier pour avoir la volonté de suivre la volonté de Dieu, prier pour connaître la volonté de Dieu et prier, une fois qu’on la connaît, pour accomplir la volonté de Dieu ».

Commentant l’Évangile du jour (Mc 3, 31-35) où Jésus déclare « Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère », le pape a souligné que l’« obéissance à la volonté de Dieu » était « la voie de la sainteté, du chrétien ».

Cette voie consiste à travailler pour « que le plan de Dieu se réalise », pour que « le salut de Dieu se réalise » et elle est « le contraire de la désobéissance d’Adam » et des actes de « désobéissance » que sont les péchés.

« La route est l’obéissance, il n’y en a pas d’autre ». Cette obéissance « commence avec Jésus au ciel, dans sa volonté d’obéir à son Père » et avec Marie sur terre, qui dit à l’ange : « Que tout m’advienne selon ta parole. »

« Il n’est pas facile » de « faire la volonté du Père », a fait observer le pape en encourageant à prier en trois étapes : « prier pour avoir la volonté de suivre la volonté de Dieu, prier pour connaître la volonté de Dieu et prier, une fois qu’on la connaît, pour accomplir la volonté de Dieu ».

Il a détaillé ces trois prières : « prier pour que le Seigneur me donne la volonté de faire sa volonté », sans « chercher des compromis par peur de la volonté de Dieu ».

Puis « prier pour connaître la volonté de Dieu sur moi et sur ma vie, sur la décision que je dois prendre maintenant… sur la manière de gérer les événements… ».

« Et quand je connais la volonté de Dieu, prier une troisième fois : pour la faire. Pour accomplir cette volonté qui n’est pas la mienne, c’est la sienne. Et ce n’est pas facile. »

« Que le Seigneur puisse un jour dire de nous ce qu’il a dit de cette foule qui le suivait… Quand nous faisons la volonté de Dieu, nous faisons partie de la famille de Jésus, nous devenons sa mère, son père, sa sœur, son frère », a-t-il conclu.

Avec une traduction de Constance Roques

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel