Les Eglises européennes remercient les Eglises de Roumanie

Troisième rassemblement œcuménique européen

CITE DU VATICAN, Mercredi 6 octobre 2004 (ZENIT.org) – Le Comité Central (CC) de la Conférence des Eglises européennes (KEK) exprime sa reconnaissance envers les Eglises de Roumanie en général, et les Eglises et autorités civiles de Sibiu en particulier, pour leur invitation à organiser le Troisième Rassemblement Oecuménique Européen (ROE3) à Sibiu début septembre 2007.

Le comité s’est réuni à Prague du 27 septembre au 3 octobre, et a publié le communiqué suivant à l’issue de ses travaux (cf. http://www.cec-kek.org/Francais/index.html).

La Conférence des Eglises européennes est une communauté de 125 Eglises de tradition orthodoxe, protestante, anglicane et vieille-catholique de tous les pays d’Europe, et de 40 organisations associées. La KEK a été fondée en 1959 et a des bureaux à Genève, Bruxelles et Strasbourg.

A la croisée de différentes cultures dans la région de la Transylvanie, au coeur de la Roumanie, la ville de Sibiu (dont le nom allemand est: Hermannstadt) sera, en 2007 aux côtés de Luxembourg, la capitale européenne de la culture.

Comme pour les deux premiers Rassemblements Oecuméniques Européens (Bâle en 1989 et Graz en 1997), le ROE3 sera organisé conjointement par la KEK et le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe (CCEE). Il est envisagé de préparer le Rassemblement à proprement parler par des événements à l’échelle locale, nationale et régionale, notamment durant la Semaine de Prière pour l’Unité Chrétienne (18-25 janvier) en 2006 et 2007. Ce Rassemblement se concentrera sur le témoignage chrétien en Europe: l’intitulé précis du thème retenu et les détails de la phase préparatoire seront débattus à l’occasion de la prochaine réunion du Comité conjoint KEK-CCEE, qui se tiendra du 3 au 6 février 2005 à Chartes en France.

L’organe directeur de la Conférence des Eglises européennes, composé de 40 membres, a pris plusieurs décisions importantes pour l’avenir de la KEK. Une approbation finale a été donnée quant au processus de fusion avec la Commission des Eglises auprès des Migrants en Europe (CEME), – un processus qui devrait être achevé d’ici la fin 2005. A l’issue de cette fusion, la structure de la KEK consistera en un Secrétariat général et trois Commissions ayant un statut identique: la Commission Eglises en Dialogue, la Commission Eglise & Société et la CEME.

En raison des changements intervenus à l’échelle européenne dans le domaine de la « diaconie » (activités sociales des Eglises) le Comité central a décidé de fermer d’ici une année le Bureau Solidarité basé à Genève. Entretemps, un groupe de travail explorera de nouvelles manières de poursuivre l’activité de la KEK dans le domaine de la diaconie et d’assurer une coordination étroite entre les trois centres de la KEK. D’autres propositions avaient trait à des amendements constitutionnels, à la réduction de la taille du Présidium et aux questions relatives à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Ces décisions ont été prises dans le contexte du débat mené au sein du Comité central sur le processus de « reconfiguration du mouvement oecuménique » initié par le Conseil oecuménique des Eglises. Un document de travail intitulé « Notre chemin commun » a été adopté: il présente la vision et la vocation de la KEK en tant que communauté grandissante d’Eglises en Europe, qui s’engagent en faveur de valeurs telles que la solidarité, le partage et le témoignage.
Durant cette rencontre annuelle qui s’est déroulée au Séminaire théologique baptiste international (IBTS) de Prague, le Comité central a rencontré des représentants des Eglises tchèques. Un concert a été donné à l’Eglise Hussite St Nicolas sur la place de la Vieille Ville de Prague le 29 septembre. Il a été suivi par une réception organisée par le Conseil oecuménique des Eglises de la République tchèque.

Le Comité central a consacré toute une matinée à une discussion théologique sur la mission et la sécularisation en Europe: les principaux intervenants étaient le sociologue Jan Spousta (Charles University, Prague) et le missiologue Peter Penner (IBTS). Le 1er octobre les participant-e-s ont été reçus par le Cardinal Miloslav Vlk à l’Archevêché et le soir cinq représentants des Eglises tchèquesont partagé avec l’assistance leur expérience et leur témoignage de foi dans une société hautement sécularisée.

Cette rencontre du Comité central a été enrichie par la présence de représentant-e-s des organisations de la jeunesse partenaires de la KEK: la Fédération Universelle des Associations Chrétiennes d’Etudiants (FUACE, région Europe), le Conseil oecuménique de Jeunesse en Europe (COJE), le mouvement de la jeunesse orthodoxe Syndesmos, les Unions Chrétiennes Féminines (UCF) et les Unions Chrétiennes de Jeunes Gens (UCJG). Au cours d’une session sur la participation des jeunes au mouvement oecuménique, il a été recommandé d’approfondir la coopération mutuelle entre la KEK et ces organisations de la jeunesse.

Le Comité central a par ailleurs fait part de sa préoccupation par rapport aux récentes attaques perpétrées contre l’Eglise orthodoxe d’Albanie (cf. notre prochain communiqué de presse N° 04-40).

La prochaine réunion du Comité central de la KEK se tiendra en Crète (Grèce) du 4 au 10 juin 2005, en réponse à l’invitation du Patriarcat oecuménique.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel