Le Synode pour le Moyen-Orient évoque le massacre des chrétiens d’Irak

ROME, Lundi 18 octobre (ZENIT.org) – La situation critique des chrétiens irakiens a retenti au cours des travaux du Synode pour le Moyen-Orient. « Le christianisme est en hémorragie continue » en Irak, a prévenu un archevêque irakien alors qu’un haut prélat a invité la communauté internationale à faire pression sur le gouvernement local pour éviter le « massacre » des chrétiens dans le pays.

« Comme nous le savons, nos Églises et le clergé en Irak sont attaqués », a affirmé le Rév. Raymond Moussalli, protosyncelle du patriarcat de Babylone des Chaldéens (Jordanie) en évoquant la « campagne délibérée » destinée à « chasser les chrétiens hors du pays ».

« Il y a des plans sataniques de la part de groupes fondamentalistes extrémistes qui ne sont pas dirigés seulement contre les chrétiens en Irak, mais qui touchent tous les chrétiens au Moyen-Orient », a-t-il ajouté.

Avec force, le haut prélat a souhaité que la communauté internationale « ne reste plus silencieuse devant le massacre des chrétiens en Irak » et qu’elle « fasse quelque chose pour les chrétiens irakiens, à commencer par une possible pression sur le gouvernement local ».

« Nous sommes en train de traverser un temps catastrophique, à cause de l’émigration des familles et de la perte de notre peuple qui parle encore la langue araméenne prononcée par notre Seigneur Jésus-Christ ».

Destruction et ruine depuis l’arrivée des Américains

« Depuis l’année 2003, les chrétiens sont les victimes d’une situation meurtrière qui a provoqué une grande émigration hors d’Irak », a quant à lui affirmé Mgr Athanase Matti Shaba Matoka, archevêque de Babylone des Syriens (Irak).

« Sept années se sont écoulées en Irak et le christianisme est en hémorragie continue », a-t-il insisté. « Où est la conscience mondiale ? Tous restent spectateurs face à ce qui ce produit en Irak surtout à l’encontre des chrétiens ».

Le haut prélat irakien a affirmé vouloir « sonner les cloches d’alarme ». « Nous posons la question aux grandes puissances : qu’y a-t-il de vrai dans ce qu’on raconte concernant un plan pour vider le Moyen-Orient des chrétiens et que l’Irak en serait une victime ? ».

Selon Mgr Matoka, il se pourrait que la moitié des chrétiens aient déjà abandonné l’Irak. « Il ne reste plus sans doute qu’environ 400 000 chrétiens sur les 800 000 qui y vivaient ».

« L’invasion de l’Irak par l’Amérique et ses alliés a entraîné sur l’Irak en général, et sur les chrétiens en particulier, destruction et ruine à tous les niveaux », a-t-il dénoncé. « On a fait exploser des églises. Des évêques, des prêtres et des laïcs ont été massacrés, plusieurs ont été agressés ». « Des médecins et des hommes d’affaire ont été enlevés, d’autres ont été menacés, des magasins et des maisons ont été pillés… ».

Marine Soreau

 

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!