Le sens chrétien du « carpe diem »

Paroles de Benoît XVI à l’angélus

Benoît XVI explique le « sens chrétien du «carpe diem» » : « cueille l’aujourd’hui où Dieu t’appelle pour te donner le salut ».

Le pape a en effet médité sur le terme « aujourd’hui », présent dans l’Evangile de saint Luc, lors de l’angélus, sur la place Saint-Pierre, ce 27 janvier 2013.

Dans la synagogue de Nazareth, a rappelé Benoît XVI, Jésus lit un passage du prophète Isaïe qui commence ainsi : « L’esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres » (61,1-2). Une fois terminée la lecture, il dit : « Cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. » (Lc 4,21).

« C’est Jésus même «l’aujourd’hui» du salut dans l’histoire, parce qu’il porte à son accomplissement la plénitude de la rédemption », a expliqué le pape, précisant que le terme «aujourd’hui», est lié chez saint Luc au titre christologique «sauveur» annoncé à Noël : «Aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. » (Lc 2,11).

Pour le pape, « ce passage nous interpelle aussi «aujourd’hui» » : « il nous dit que chaque moment peut devenir un «aujourd’hui» propice pour notre conversion ». Benoît XVI a vu dans cette attitude « le sens chrétien du «carpe diem» » : « cueille l’aujourd’hui où Dieu t’appelle pour te donner le salut ».

« Chaque jour peut devenir l’aujourd’hui du salut, car le salut est une histoire qui continue pour l’Eglise et pour chaque disciple du Christ », a-t-il ajouté, souhaitant que la Vierge Marie soit modèle et guide « pour savoir reconnaître et accueillir, chaque jour de notre vie, la présence de Dieu, notre Sauveur et celui de toute l’humanité ».

« A notre époque de dispersion et de distraction, cet Evangile nous invite à nous interroger sur notre capacité d’écoute », a poursuivi le pape, citant saint Cyrille d’Alexandrie pour qui l’«aujourd’hui» est lié à la capacité du croyant à écouter et à se convertir.

« Avant de pouvoir parler de Dieu et avec Dieu, il faut l’écouter, et la liturgie de l’Eglise est l’“école” de cette écoute du Seigneur qui nous parle », a fait observer Benoît XVI, invitant à « penser à notre façon de vivre le dimanche » : « jour du repos et de la famille, mais avant tout jour à dédier au Seigneur, en participant à l’Eucharistie, dans laquelle nous nous nourrissons du Corps et du Sang du Christ et de sa Parole de vie ».

Pope-crowd-blur

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!