Faire un don
Pope Francis during today's Mass in Santa Marta

PHOTO.VA - OSSERVATORE ROMANO

« Le Seigneur est miséricorde », homélie

Messe à Sainte-Marthe

« Là où est le Seigneur, il y a la miséricorde », rappelle le pape François.

Il a présidé la messe ce mardi 6 octobre en la chapelle de la maison Sainte-Marthe au Vatican avant de se rendre au synode sur la famille.

« Attendons le Seigneur, parce que le Seigneur est la miséricorde », dit le pape en commentant le psaume du jour. « Tu es un Dieu miséricordieux et compatissant », répète-t-il à deux reprises, mais l’homme n’est pas toujours « prêt à accueillir » cette miséricorde divine.

Le pape explique une histoire du prophète Jonas, de sa résistance et de son obéissance à la volonté de Dieu : « C’est un vrai miracle, dit-il, parce que dans ce cas il a laissé son entêtement et a obéi à la volonté de Dieu, il a fait ce que le Seigneur lui avait ordonné. » Mais après ces deux étapes – de la « résistance à la mission qui lui était confiée » et de l’« obéissance » – arrive la troisième étape. Jonas se révolte contre la miséricorde de Dieu.

« Jonas a senti une grande douleur et était en colère », raconte le pape. Il « fait des reproches au Seigneur », il ne comprend pas pourquoi Dieu pardonne à la ville de Ninive. Jonas a « le cœur avec cette dureté qui ne laisse pas entrer la miséricorde de Dieu », commente le pape. « Le plus important, c’est ma prédiction, estime Jonas, le plus important ce sont mes pensées, le plus important c’est la liste de commandements que je dois observer. Tout, tout, tout est plus important que la miséricorde de Dieu. »

Le Christ a aussi « vécu ce drame », rappelle le pape François. Il l’a vécu « avec les docteurs de la loi : ils ne comprenaient pas pourquoi Il n’avait pas laissé lapider la femme adultère, comment Il était allé dîner avec les publicains et les pécheurs, ils ne comprenaient pas. Ils ne comprenaient pas la miséricorde ».

« Là où est le Seigneur, il y a la miséricorde, reprend le pape. Et saint Ambroise ajoutait : et là où il y a la rigidité, il y a ses ministres. »

« Au début de cette Année de la miséricorde, prions le Seigneur de nous aider à comprendre comment est son cœur, ce que signifie « la miséricorde », ce qu’il veut dire quand il dit : « Je veux la miséricorde, et non le sacrifice ». C’est pourquoi, pendant la messe, nous aimons tellement prier avec cette si belle phrase : « Accorde-nous Ta miséricorde », pour que nous comprenions que la miséricorde de Dieu a été versée sur nous, sur nos péchés, sur nos misères … »

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel