Faire un don

Le Québec, terre féconde en missionnaires

Fête autour de François de Laval et Marie de l’Incarnation (texte intégral)

La mémoire de François de Laval et Marie de l’Incarnation doit conduire le Québec à redevenir une terre à nouveau féconde en missionnaires pour le monde entier, déclare le pape François.

Le pape a présidé à Saint-Pierre, à 10h, ce dimanche 12 octobre, une messe d’action de grâce pour la canonisation saint François de Laval et Marie de l’Incarnation, le 3 avril dernier: une « canonisation équipollente », « équivalente », sans célébration de canonisation, étant donné leur réputation de sainteté et les nombreux miracles attribués à leur intercession.

Le pape était entouré des cardinaux canadiens Marc Ouellet,  préfet d ela Congrégation pour les évêques, Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec et de Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau, président de la Conférence épiscopale canadienne, Mgr Anthony Mancini, archevêque de Halifax, Mgr Luc André Bouchard, évêque de Trois-Rivières, Mgr Denis Grondin, évêque auxiliaire de Québec, Mgr Eugène Tremblay, évêque émérite d’Amos, et Mgr Daniel Jodoin, évêque de Bathurst. Et, parmi les évêques français, Mgr Bernard-Marie Aubertin, archevêque de Tours.

La messe concluait aussi un pèlerinage de quelque 130 pèlerins du Canada, du Japon et des Philippines notamment, en France et à Rome sur les pas des deux saints.

Les intentions de prière ont été exprimées en français, chinois, espagnol, italien, anglais.

Voici la traduction officielle en français de l’homélie du pape François, avec les passages en italiques improvisés en italien par le pape : c’est une traduction provisoire de Zenit en attendant le texte officiel.

A.B.

Homélie du pape François

Nous avons écouté la prophétie d’Isaïe : « Le Seigneur essuiera les larmes sur tous les visages… » (Is 25, 8). Ces paroles, pleines de l’espérance de Dieu, indiquent le but, montrent l’avenir vers lequel nous sommes en chemin.

Sur cette route, les saints nous précèdent et nous guident. Ces paroles esquissent aussi la vocation des missionnaires. Les missionnaires sont ceux qui, dociles à l’Esprit Saint, ont le courage de vivre l’Évangile. Et aussi cet Évangile que nous venons d’entendre : « Allez donc aux croisées des chemins » – dit le roi à ses serviteurs (Mt 22, 9). Et les serviteurs sortirent et rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvaient, « les mauvais comme les bons », pour les conduire au banquet des noces du roi (cf. v. 10).

Les missionnaires ont accueilli cet appel : ils sont sortis pour appeler tous les gens, aux carrefours du monde ; et ainsi ils ont fait beaucoup de bien à l’Église, parce que si l’Église s’arrête et se ferme, elle tombe malade, on peut la corrompre, aussi bien par les péchés que par la fausse science séparée de Dieu, qu’est le sécularisme mondain. Les missionnaires ont tourné leur regard vers le Christ crucifié, ils ont accueilli sa grâce et ils ne l’ont pas gardée pour eux. Comme saint Paul, ils se sont faits tout à tous ; ils ont su vivre dans la pauvreté et dans l’abondance, être rassasiés et souffrir de la faim ; ils pouvaient tout en celui qui leur donnait la force (cf. Ph 4, 12-13).

Avec cette force de Dieu, ils ont eu le courage de “sortir” sur les routes du monde mettant leur confiance dans le Seigneur qui appelle.

Voilà la vie du missionnaire, de la missionnaire, si loin de sa maison, de sa patrie, tant de fois tués assassinés comme ces jours ci, pour tant de nos frères et soeurs.

La mission évangélisatrice de l’Église est essentiellement annonce de l’amour, de la miséricorde et du pardon de Dieu, révélé aux hommes dans la vie, la mort et la résurrection de Jésus Christ. Les missionnaires ont servi la mission de l’Église, en rompant le pain de la Parole aux plus petits et aux plus éloignés et en portant à tous le don de l’amour inépuisable, qui jaillit du cœur même du Sauveur.

C’est ainsi que furent saint François de Laval et sainte Marie de l’Incarnation. Je voudrais vous laisser en ce jour, chers pèlerins canadiens, deux conseils, extraits de la Lettre aux Hébreux – mais qui, en pensant aux missionnaires – feront beaucoup de bien à vos communautés.

Le premier est celui-ci – dit la Parole de Dieu – : « Souvenez-vous de ceux qui vous ont dirigés : ils vous ont annoncé la parole de Dieu. Méditez sur l’aboutissement de la vie qu’ils ont menée, et imitez leur foi » (13, 7). La mémoire des missionnaires nous soutient au moment où nous faisons l’expérience de la rareté des ouvriers de l’Évangile. Leurs exemples nous attirent, nous poussent à imiter leur foi. Ce sont des témoignages féconds qui engendrent la vie !

Le second est celui-là : « Souvenez-vous de ces premiers jours où vous veniez de recevoir la lumière du Christ : vous avez soutenu alors le dur combat des souffrances… Ne perdez pas votre assurance ; grâce à elle, vous serez largement récompensés. Car l’endurance vous est nécessaire… » (10, 32.35-36).

Rendre hommage à qui a souffert pour nous porter l’Évangile signifie livrer nous aussi la bonne bataille de la foi, avec humilité, douceur et miséricorde, dans la vie de chaque jour. Et cela porte du fruit.

La mémoire de qui nous a précédés a fondé votre Eglise féconde, celle du Québec, féconde de tant de missionnaires qui sont allés partout : le monde a été rempli de missionnaires canadiens.

Maintenant, voilà le conseil : que cette mémoire ne nous conduise pas à abandonner l’assurance et le courage. Peut-être n’a-t-on pas de force. Le démon, l’envieux ne tolère qu’une terre soit si féconde des missionnaires.

Ma prière au Seigneur est pour que le Québec revienne sur cette voie de la fécondité, pour qu’il donne à tant de missionnaires et que ces deux [saints] qui ont en quelque sorte fondé l’Eglise du Québec nous aide, comme des intercesseurs, pour que la semence qu’ils ont semée croisse et donne un fruit nouveau d’hommes et de femmes courageux,  qui aient de la clairvoyance, un coeur ouvert au Seigneur.

C’est cela qu’il faut demander pour votre patrie : ils seront nos intercesseurs pour que le Québec redevienne cette source de bons missionnaires.

En cela se trouve la joie et le mot d’ordre de votre pèlerinage : faire mémoire des témoins, des missionnaires de la foi dans votre terre. Cette mémoire nous soutient toujours sur le chemin vers l’avenir, vers le but, quand « le Seigneur Dieu essuiera les larmes sur tous les visages … ».

« Exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés » (Is 25, 9).

[Texte original: Italien]

About Francis NULL

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel