Faire un don

Le pardon, inhérent à la vie chrétienne

Homélie du 10 novembre 2014

Pour le pape, « un chrétien qui n’est pas capable de pardonner scandalise : il n’est pas chrétien » car « il n’a pas compris ce que signifie être pardonné par le Seigneur », explique-t-il lors de la messe de ce lundi matin, 10 novembre 2014, à Sainte-Marthe.

Dans l’Évangile du jour, Jésus déclare « Il est inévitable qu’il arrive des scandales qui entraînent au péché, mais malheureux celui par qui ils arrivent. Si on lui attachait au cou une meule de moulin et qu’on le précipite à la mer, ce serait mieux pour lui que d’entraîner au péché un seul de ces petits. » (Lc 17, 1-6)

Le scandale, a expliqué le pape, c’est « dire et professer un style de vie – ‘je suis chrétien’ – et puis vivre en païen, qui ne croit en rien ».

Au contraire, le chrétien doit être tel que le décrit saint Paul lorsqu’il parle de l’Ancien (Tt 1, 1-9) : « un homme sans reproche… ; il ne doit être ni arrogant, ni coléreux, ni buveur, ni violent, ni avide de propos malhonnêtes ; il doit ouvrir sa maison à tous, être ami du bien, raisonnable, juste, saint, maître de lui… »

En effet, « la foi confessée » doit être « vécue » : « Quand un chrétien ou une chrétienne, qui va à l’Église, qui va en paroisse, ne vit pas comme tel, il scandalise. Si souvent on entend dire : « Moi je ne vais pas à l’Église car il est mieux d’être honnête chez soi que de faire comme ceux qui vont à l’Église et ensuite font telle ou telle chose… ». Le scandale détruit la foi ! »

De même, « un chrétien qui n’est pas capable de pardonner scandalise : il n’est pas chrétien », comme le Christ le dit : « Si ton frère a commis une faute contre toi, fais-lui de vifs reproches, et, s’il se repent, pardonne-lui. Même si sept fois par jour il commet une faute contre toi, et que sept fois de suite il revienne à toi en disant : ‘Je me repens’, tu lui pardonneras. »

Cela « ne peut se comprendre dans la logique humaine. La logique humaine pousse à ne pas pardonner, à la vengeance ; elle porte à la haine, à la division », a déploré le pape : « Tant de familles sont divisées parce qu’on ne s’y est pas pardonné ! Enfants éloignés des parents, maris éloignés des femmes… ».

« Celui qui ne pardonne pas n’a pas compris ce que signifie être pardonné par le Seigneur », a-t-il ajouté. « On comprend alors que les apôtres, en entendant cela, disent au Seigneur ‘Augmente en nous la foi !’ », a fait observer le pape.

« Sans la foi on ne peut vivre sans scandaliser et en pardonnant toujours ». Et cette « lumière de la foi », est un don : « personne ne peut avoir la foi par les livres ou en allant à des conférences. La foi est un don de Dieu », a-t-il conclu.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel