Le pape Jean-Paul II prie l’angélus avec les fidèles, au « Gemelli »

CITE DU VATICAN, Dimanche 6 février 2005 (ZENIT.org) – Le pape Jean-Paul II a prié l’angélus avec les fidèles, comme chaque dimanche à midi, mais depuis sa chambre à l’hôpital catholique « Agostino Gemelli » de Rome : « ici aussi, à l’hôpital (…), je continue à servir l’Eglise et toute l’humanité », disait le message de Jean-Paul II. A l’issue de la prière, le pape a accordé sa bénédiction apostolique depuis sa fenêtre au 10e étage de l’hôpital.

La lecture du message du pape et la récitation de la prière mariale ont été faites par le substitut de la secrétairerie d’Etat, Mgr Leonardo Sandri, en quelque sorte le « ministre de l’Intérieur ».

Le message se terminait par ces paroles : « J’assure chacun et tous de ma gratitude, qui se traduit en constante invocation du Seigneur à vos intentions, et pour les besoins de l’Eglise, et pour les grandes causes du monde. Ainsi, ici aussi, à l’hôpital, au milieu des autres malades, auxquels vont mes affectueuses pensées, je continue à servir l’Eglise et toute l’humanité ».

Au terme de la prière, le pape a accordé lui-même la bénédiction apostolique aux fidèles présents à l’hôpital, ou en liaison place Saint-Pierre grâce à Radio Vatican et à des écrans géants.

Dans son message, le pape disait : « Aujourd’hui je m’adresse à vous depuis l’hôpital « Agostino Gemelli », où je me trouve depuis quelques jours, assisté avec une sollicitude pleine d’amour par les médecins, les infirmières, et le personnel sanitaire, que je remercie de tout cœur ».

« Que vous parvienne, chers frères et sœurs, et à ceux qui dans toutes les régions de la terre me sont proches, l’expression de ma reconnaissance pour l’affection sincère et compatissante, que j’ai ressentie ces jours-ci de façon particulièrement intense ».

Malgré le froid, le soleil était au rendez-vous de cette rencontre attendue par les fidèles nombreux à se rendre au « Gemelli » : les familles, avec les poussettes, les jeunes, les religieuses de différents pays, mais aussi les patients de l’hôpital, et le personnel, les Polonais, fidèles, les hispanophones, qui ne manquent pas l’angélus le dimanche, et les caméras du monde levaient le regard vers la fenêtre où le pape est apparu.

Le pape a donné sa bénédiction d’une voix rauque mais sa présence a suffi à rasséréner les fidèles inquiets depuis mardi pour sa santé.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!