Faire un don

Le don des mamans, « dans le silence de la vie quotidienne »

Première catéchèse de 2015

« Les mamans vivent un « martyre maternel »… car avoir l’esprit du martyr, c’est se donner dans le silence de la vie quotidienne, dans la prière, dans l’accomplissement honnête du devoir… comme se donne une mère », déclare le pape François pour la première audience générale de l’année 2015, ce mercredi matin, 7 janvier.

Poursuivant ses catéchèses sur la famille, le pape a en effet médité sur la personne de la mère, qui bien qu’exaltée symboliquement – dans la poésie par exemple – est « peu écoutée et peu aidée dans la vie quotidienne, peu considérée dans son rôle central dans la société ».

« Au contraire, on profite souvent de la disponibilité des mères à se sacrifier pour leur enfants pour « économiser » dans les dépenses sociales », a fait observer le pape. « Dans la communauté chrétienne aussi, la mère n’est pas toujours justement prise en compte », a-t-il ajouté.

« Les mères, prêtes à tant de sacrifices pour leurs enfants, et souvent aussi pour ceux des autres, devraient être plus écoutées », a-t-il poursuivi en invitant à « mieux comprendre leur lutte quotidienne pour être efficaces au travail et attentives et affectueuses en famille ; mieux comprendre ce à quoi elles aspirent pour exprimer les fruits les meilleurs et les plus authentiques de leur émancipation ».

Pour le pape, « les mères sont l’antidote le plus fort contre l’individualisme égoïste… Ce sont les mères qui haïssent le plus la guerre, qui tue leurs fils… Ce sont elles qui témoignent de la beauté de la vie » : « Une société sans mère serait une société inhumaine, car les mères savent toujours témoigner de la tendresse, du dévouement, de la force morale, même dans les pires moments ».

Il a cité l’archevêque salvadorien Mgr Oscar Romero : « les mamans vivent un « martyre maternel »… Car donner sa vie, avoir l’esprit du martyr, c’est se donner dans le silence de la vie quotidienne, dans la prière, dans l’accomplissement honnête du devoir ; donner sa vie peu à peu, comme la donne une mère, qui sans crainte, avec la simplicité du martyre maternel, conçoit un enfant en son sein, le met au monde, l’allaite, le fait grandir et s’occupe de lui avec affection ».

« Être mère ne signifie pas seulement mettre au monde un enfant, mais c’est aussi un choix de vie » : « le choix de vie d’une mère est le choix de donner la vie », a expliqué le pape en soulignant qu’« une mère a tant de travail avec ses enfants ! ».

« Les mères transmettent souvent aussi le sens le plus profond de la pratique religieuse » : « elles savent transmettre la valeur de la foi sans se répandre en explications. Sans les mères, non seulement il n’y aurait pas de nouveaux fidèles, mais la foi perdrait une bonne partie de sa chaleur simple et profonde », a-t-il affirmé.

« Chères mamans, merci pour ce que vous êtes dans la famille et pour ce que vous donnez à l’Église et au monde », a conclu le pape en invitant à applaudir toutes les mères présentes dans la salle Paul VI.

Il a également rappelé qu’au « centre de la vie de l’Église, il y a la Mère de Jésus », qui « présente le Fils au monde, qui donne Jésus, qui montre Jésus, qui fait voir Jésus ». Et que l’Église était aussi « mère ».

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel