Faire un don

« La victoire est à ceux qui se lèvent »

Message du pape aux évêques de Cuba

Pour le pape François, « la victoire est à ceux qui se lèvent encore et encore, sans se décourager » : il s’agit de « ne pas rester les bras ballants, en se lamentant, ou en esquivant ses responsabilités » mais de « persévérer » dans l’accomplissement du bien.

À l’occasion de la fête de la Vierge de la Charité del Cobre, ce 8 septembre, le pape François a adressé un message à l’Église cubaine. Le texte a été envoyé à Mgr Dionisio Guillermo García Ibanez, archevêque de Santiago de Cuba et président de la conférence épiscopale cubaine.

Une représentation de la Vierge de la Charité del Cobre a été installée le 28 août dans les jardins du Vatican, comme signe de « l’affection et de la vitalité de l’Église pèlerine de ces terres lumineuses des Caraïbes, qui s’adresse à la Mère de Dieu sous ce beau vocable depuis plus de quatre siècles », rappelle le pape.

L’amour fait tomber les barrières

Dans une méditation sur la figure de Marie, qui invite à « se réjouir, se lever et persévérer », le pape livre un véritable plaidoyer sur le courage et l’espérance chrétienne.

Se réjouir « a été la première parole que l’archange Gabriel a adressée à la Vierge : « Réjouis-toi, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi » (Lc 1,28) », souligne-t-il. De même, « la vie de celui qui a découvert Jésus se remplit d’une joie intérieure si grande que rien ni personne ne peut la voler. Le Christ donne aux siens la force nécessaire pour ne pas s’attrister ou être abattu en pensant que les problèmes n’ont pas de solution », explique le pape.

C’est pourquoi le chrétien « ne doute pas que ce qu’il fait par amour crée une joie sereine, sœur de l’espérance qui fait tomber les barrières de la peur et ouvre les portes à un avenir prometteur ». Le pape encourage les Cubains, en particulier les jeunes, à « aimer vraiment » sans rester piégé « dans la spirale nocive de l’œil pour œil, dent pour dent ».

Se relever sans se décourager

« Se lever », c’est l’action de Marie qui va « promptement aider sa cousine Élisabeth qui, dans sa vieillesse, allait devenir mère (Lc 1,39-45) » : « Elle a accompli la volonté de Dieu en se mettant à la disposition de celle qui en avait besoin. Elle n’a pas pensé à elle-même, elle a surmonté la difficulté et s’est donnée aux autres ».

Sur le modèle de Marie, le chrétien est appelé non pas à « de grandes choses, mais à tout faire avec tendresse et miséricorde », c’est-à-dire à avoir « une âme de pauvre sans orgueil, un cœur pur qui voit Dieu dans le visage des plus démunis, une patience forte qui ne recule pas devant les difficultés de la vie ».

Pour le pape, « la victoire est à ceux qui se lèvent encore et encore, sans se décourager » : il s’agit de « ne pas rester les bras ballants, en se lamentant, ou en esquivant ses responsabilités ».

Constant dans l’accomplissement du bien

Enfin, à l’image de Marie le croyant est invité à « persévérer » : elle « n’a pas mis sa confiance dans ses propres forces mais en Dieu dont l’amour n’a pas de fin. C’est pourquoi elle est restée avec son Fils, qui a été abandonné de tous ; elle a prié sans cesse, avec les apôtres et les autres disciples pour qu’ils ne perdent pas courage (Ac 1,14) ».

Le pape appelle le chrétien à être « fidèle et constant dans l’accomplissement du bien », dans un monde « où l’on rejette les valeurs éternelles et où tout est changeant, où triomphe le « jeter après usage » ».

Pour conclure, il remet « entre les mains maternelles » de Marie « les pasteurs, les communautés religieuses et les fidèles de Cuba, afin qu’elle les encourage dans leur effort d’évangélisation et leur volonté de faire de l’amour le fondement de la société. Ainsi ne manqueront pas la joie de vivre, le courage de servir et la persévérance dans les bonnes œuvres ».

Avec une traduction de Constance Roques

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel