La « saine laïcité » de l’Etat, la « laïcité positive », selon Benoît XVI

« Liberté et laïcité » : congrès en Italie

ROME, Lundi 17 octobre 2005 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI exprime sa conception de la « saine laïcité » de l’Etat, de ce qu’il appelle la « laïcité positive », à l’occasion d’un congrès en Italie sur le thème: « Liberté et laïcité ».

Le pape Benoît XVI a adressé un message au président du sénat italien, Marcello Pera, qui est aussi président honoraire de la fondation « Magna carta »: un message en date du 11 octobre.

La fondation « Magna carta » (FMC, (www.magna-carta.it) et la « Fondation subsidiarité » (wwwsussidiarieta.net) ont en effet promu en Italie, à Norcia, les 15 et 16 octobre, une rencontre sur le thème: « Liberté et laïcité »: « un sujet d’une grande importance », souligne Benoît XVI.

« Je formule, écrit le pape, le souhait que la réflexion se fasse en tenant compte de la dignité de l’homme et de ses droits fondamentaux, qui représentent des valeurs antérieures à toute juridiction de l’Etat. Ces droits fondamentaux ne sont pas créés par le législateur, mais ils sont inscrits dans la nature même de la personne humaine, et ils peuvent par conséquent renvoyer finalement au Créateur ». Le pape encourage « une saine laïcité de l’Etat en vertu de laquelle les réalités temporelles sont régies par des normes propres, auxquelles appartiennent aussi ces instances éthiques qui trouvent leur fondement dans l’essence même de l’homme ».

« Parmi celles-ci, poursuit le pape, le “sens religieux” a certainement une importance primordiale: là s’exprime l’ouverture de l’être humain à la Transcendance. Un Etat sainement laïc devra logiquement reconnaître un espace dans sa législation à cette dimension fondamentale de l’esprit humain. Il s’agit en réalité d’une “laïcité positive” qui garantisse à tout citoyen le droit de vivre sa foi religieuse avec une liberté authentique y compris dans le domaine public ».

« Pour un renouveau culturel et spirituel de l’Italie et du continent européen, ajoute le pape, il faudra travailler afin que la laïcité ne soit pas interprétée comme hostile à la religion, mais, au contraire, comme un engagement à garantir à tous, aux individus et aux groupes, dans le respect des exigences du bien commun, la possibilité de vivre et de manifester ses convictions religieuses ».

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!