Faire un don
Pope Francis in Ostia

ANSA - OSSERVATORE ROMANO

La prière est toute-puissante

Traduction intégrale de l’homélie du pape François en visite pastorale à Ostie, dans le sud du diocèse de Rome, le 3 mai 2015.

Si le chrétien « demeure en Jésus », est « uni à Lui », sa prière est « toute-puissante », affirme le pape François en visite pastorale en la paroisse Sainte-Marie-Reine-de-la-paix à Ostie, dans le secteur sud du diocèse de Rome, dimanche 3 mai 2015.

Avant d’arriver, il s’est arrêté au Luna Park et est entré dans la roulotte des Petites Soeurs de Jésus de Charles de Foucauld, qui sont une présence pastorale au sein du parc d’attraction, au service des nomades.

En paroisse, le pape a rencontré les personnes malades et âgées, les jeunes, les familles dont les enfants ont été baptisés dans l’année. Après avoir confessé quatre personnes, il a célébré la messe, durant laquelle il a exhorté à « demeurer en Jésus » pour ne pas être « des chrétiens morts », qui « ne produisent aucun fruit ».

« Demeurer en Jésus veut dire avoir l’envie de recevoir la vie de Lui… chercher Jésus ; prier ; … pratiquer les sacrements : l’eucharistie ; la réconciliation. Demeurer en Jésus signifie faire ce que Jésus a fait, se comporter comme Lui », a expliqué le pape.

A.K.

Homélie du pape François

Il y a une parole que Jésus répète souvent, surtout lors de la Cène : « Demeurez en moi ». Ne vous détachez pas de moi, demeurez en moi. La vie chrétienne c’est ça : demeurer en Jésus. Et Jésus, pour bien nous expliquer ce qu’il veut dire par là, utilise cette belle image de la vigne: « Moi, Je suis la vigne, et vous les sarments ». Et tout sarment qui n’est pas accroché à la vigne finit par mourir, ne donne plus de fruit ; il est jeté dehors, pour faire du feu. Et ils sont utiles pour faire du feu – ils sont très utiles – mais pas pour donner du fruit. En revanche, les sarments bien accrochés à la vigne, peuvent recevoir la sève de la vie et se développer, peuvent croître et donner du fruit. L’image est toute simple. Demeurer en Jésus signifie être uni à Lui pour recevoir de Lui la vie, l’amour, l’Esprit Saint. C’est vrai, nous sommes tous des pécheurs, mais si nous demeurons en Jésus, comme les sarments avec la vigne, le Seigneur vient nous élaguer un peu, pour que nous puissions donner plus de fruits. Il prend toujours soin de nous. Mais si nous, nous nous détachons, si nous ne demeurons pas dans le Seigneur, nous ne sommes que des chrétiens en parole, pas dans la vie ; nous sommes des chrétiens mais des chrétiens morts, parce que nous ne produisons aucun fruit, comme des sarments décrochés de la vigne.

Demeurer en Jésus veut dire avoir l’envie de recevoir la vie de Lui, le pardon aussi, l’élagage, avoir envie de recevoir tout cela de Lui. Demeurer en Jésus signifie : chercher Jésus ; prier ; la prière. Demeurer en Jésus signifie se rapprocher des sacrements : l’eucharistie ; la réconciliation. Demeurer en Jésus signifie – et c’est le plus difficile de tous – faire ce que Jésus a fait, se comporter comme Lui. Par exemple, quand nous rejetons les autres, ou commettons des médisances, nous ne demeurons pas en Jésus: Jésus n’a jamais fait ça. Quand nous mentons, nous ne demeurons pas en Jésus : il n’a jamais fait ça. Quand nous arnaquons notre prochain avec de sales affaires, nous sommes des sarments morts, nous ne demeurons pas en Jésus. Demeurer en Jésus c’est faire comme il faisait Lui: faire le bien, aider son prochain, prier le Père, veiller sur les malades, aider les pauvres, avoir la joie de l’Esprit Saint.

Une belle question à nous poser, nous chrétiens, est celle-ci : « Suis-je en Jésus ou suis-je loin de Lui ? Suis-je accroché à la vigne qui me donne la vie ou suis-je un sarment mort, incapable de produire, de témoigner? ». Et il existe d’autres sarments, dont Jésus ne parle pas ici, mais il en parle ailleurs : ceux qui font voir qu’ils sont des disciples mais font le contraire d’un disciple de Jésus, ceux-là sont des sarments hypocrites. Ils vont peut-être tous les dimanches à la messe, se montrent peut-être sous des airs pieux, comme ces visages sur les figurines, et puis finalement vivent comme des païens. Ces personnes là, dans l’évangile, Jésus les appelle des « sarments hypocrites ». Jésus est bon, il nous invite à demeurer en Lui. Il nous donne la force et si nous glissons dans le péché – nous sommes tous des pécheurs – Il nous pardonne, car Il est miséricordieux. Mais Il veut ces deux choses : que nous demeurions en Lui et que nous ne soyons pas hypocrites. Avec ces deux choses la vie chrétienne peut avancer.

Et que nous donne le Seigneur si nous demeurons en Lui ? Nous l’avons entendu: « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous ». Une force dans la prière : « Demandez tout ce que vous voulez », autrement dit la prière intense, afin que Jésus fasse ce que nous demandons. Si notre prière est faible – si elle n’est pas faite vraiment en Jésus – la prière ne donne pas ses fruits, car le sarment n’est pas uni à la vigne. Mais si le sarment est accroché à la vigne, c’est-à-dire « si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous ». La prière est toute-puissante. D’où lui vient cette toute-puissance ? De ce fait de demeurer en Jésus, d’être uni à Lui, comme le sarment à la vigne. Que le Seigneur nous donne cette grâce.

Traduction de Zenit, Océane Le Gall

About Redaction

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel