Faire un don

La « force de l’Eucharistie » pour les chrétiens des terres ensanglantées

Congrès des évêques amis des Focolari (traduction intégrale)

Le pape François encourage les pasteurs et chrétiens des « terres ensanglantées de la Syrie et de l’Irak, ainsi que de l’Ukraine », à « expérimenter la force qui vient de Jésus Eucharistie ».

Il assure que l’Église est unie à leurs souffrances « dans la célébration quotidienne de la messe », car c’est dans le Sacrifice du Christ « que les multiples initiatives de solidarité en faveur de [ces] Églises prennent force et signification ».

Le pape a reçu les participants au 38e Congrès des évêques amis du Mouvement des Focolari (3-6 mars, Castelgandolfo), ce mercredi matin, 4 mars 2015, en la salle Paul VI du Vatican. Quelque 60 évêques provenant de 35 pays étaient présents, avec la présidente du Mouvement, Maria Voce, et le co-président Jesús Morán.

Après les paroles de salutation du cardinal Francis Xavier Kriengsak Kovithavanij, archevêque de Bangkok, le pape les a exhortés à vivre leur charisme de l’unité « fortement ancré à l’Eucharistie » : « L’Eucharistie garantit que le Christ soit au centre, et que ce soit son Esprit qui dirige nos pas et nos initiatives de rencontre et de communion. »

L’évêque doit même se conformer à l’Eucharistie, a souligné le pape : « L’évêque ne rassemble pas le peuple autour de sa propre personne, ou de ses propres idées, mais autour du Christ présent dans sa Parole et dans le Sacrement de son Corps et de son Sang. Et à l’école de Jésus, bon Pasteur qui s’est fait Agneau immolé et ressuscité, l’évêque rassemble les brebis qui lui sont confiées par l’offrande de sa vie, en assumant lui-même une forme d’existence eucharistique. »

Discours du pape François :

Chers frères,

Je vous souhaite la bienvenue et je remercie le cardinal Kovithavanij pour son introduction. Je remercie aussi la présidente et le co-président du Mouvement des Focolari pour leur présence.

L’amitié avec ce Mouvement et l’intérêt pour la “spiritualité de communion” vous ont réunis à Rome. En ces jours, votre réflexion est centrée sur le thème “Eucharistie, mystère de communion”.

En effet, le charisme de l’unité propre à l’Oeuvre de Marie est fortement ancré à l’Eucharistie, qui lui confère son caractère chrétien et ecclésial. Sans l’Eucharistie l’unité perdrait son pôle d’attraction divine et se réduirait à un sentiment et à une dynamique seulement humaine, psychologique, sociologique. Au contraire, l’Eucharistie garantit que le Christ soit au centre, et que ce soit son Esprit, le Saint-Esprit, qui dirige nos pas et nos initiatives de rencontre et de communion.

L’apôtre Paul écrit : « Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain. » (1 Co 10,17). Comme évêques, nous rassemblons les communautés autour de l’Eucharistie, à la double table de la Parole et du Pain de vie. C’est notre service, et il est fondamental. L’évêque est principe d’unité dans l’Église, mais cela n’arrive pas sans l’Eucharistie : l’évêque ne rassemble pas le peuple autour de sa propre personne, ou de ses propres idées, mais autour du Christ présent dans sa Parole et dans le Sacrement de son Corps et de son Sang. Et à l’école de Jésus, bon Pasteur qui s’est fait Agneau immolé et ressuscité, l’évêque rassemble les brebis qui lui sont confiées par l’offrande de sa vie, en assumant lui-même une forme d’existence eucharistique. Ainsi l’évêque, conformé au Christ, devient Évangile vivant, devient Pain rompu pour la vie de beaucoup, par sa prédication et son témoignage. Qui se nourrit avec foi du Christ Pain vivant est poussé par son amour à donner sa vie pour ses frères, à sortir, à aller à la rencontre de qui est marginalisé et méprisé.

Je vous remercie de façon particulière, vous Frères qui venez des terres ensanglantées de la Syrie et de l’Irak, ainsi que de l’Ukraine. Dans la souffrance que vous êtes en train de vivre avec vos peuples, vous expérimentez la force qui vient de Jésus Eucharistie, force d’avancer unis dans la foi et dans l’espérance.

Dans la célébration quotidienne de la messe nous sommes unis à vous, nous prions pour vous en offrant le Sacrifice du Christ ; c’est là que les multiples initiatives de solidarité en faveur de vos Églises prennent force et signification.

Chers frères, je vous encourage à poursuivre votre engagement en faveur du chemin œcuménique et du dialogue interreligieux. Et je vous remercie pour la contribution que vous donnez pour une plus grande communion entre les divers mouvements ecclésiaux.

Que le Seigneur vous bénisse et que la Vierge vous protège. Prions les uns pour les autres. Je vous remercie pour vos prières.

Traduction de Zenit, Anne Kurian

About Francis NULL

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel