Faire un don

La famille et la paroisse, lieux de la « communion d’amour »

Le pape François évoque « l’urgence » de renforcer le lien entre la famille et la communauté chrétienne. Catéchèse du mercredi en italien.

« La famille et la paroisse sont les deux lieux où se réalise cette communion d’amour qui trouve sa source ultime en Dieu », affirme le pape François. Il évoque cette « alliance cruciale » entre la famille et la communauté chrétienne lors de l’audience générale ce mercredi 9 septembre, place Saint-Pierre.

La « communion d’amour » se réalise en famille et dans la communauté chrétienne, affirme le pape. Quand le Christ a bâti son Église, elle avait « la forme d’une famille et d’une famille accueillante », continue-t-il en précisant que l’Église n’est pas une « secte exclusive, fermée : nous y trouvons Pierre et Jean, mais aussi celui qui a faim et celui qui a soif, l’étranger et celui qui est persécuté, la pécheresse et le publicain, les pharisiens et les foules ». Le Christ accueille tout le monde, Il parle « avec tous, même avec celui qui n’espère plus rencontrer Dieu dans sa vie. C’est une leçon forte pour l’Église ! », s’exclame le pape.

« Une Église vraiment selon l’Évangile ne peut qu’avoir la forme d’une maison accueillante, les portes ouvertes, toujours », insiste le pape. « Les églises, les paroisses, les institutions avec des portes fermées ne doivent pas s’appeler des églises, elles doivent s’appeler des musées ! », dit-il.

Il appelle à « raviver l’alliance entre la famille et la communauté chrétienne » : ce n’est pas facile, cela demande « une foi généreuse pour retrouver l’intelligence et le courage de renouveler cette alliance ».

Le pape admet que les familles ont aujourd’hui beaucoup de problèmes et éprouvent de sérieuses difficultés, mais il invite les chrétiens à demander « la grâce de Dieu » et à ne pas oublier que « tout nous est donné, donné gratuitement ! Et le Seigneur n’arrive jamais dans une nouvelle famille sans faire quelque miracle ».

Le pape invite les familles à prendre « l’initiative » et à sentir « la responsabilité d’apporter leurs dons précieux pour la communauté ».

« La communauté chrétienne aussi doit prendre sa part », note-t-il : « Par exemple, chercher à dépasser des comportements trop directifs et trop fonctionnels, favoriser le dialogue interpersonnel et la connaissance et l’estime réciproque. »

« La foi chrétienne se joue sur le terrain ouvert de la vie partagée avec tous, affirme le pape, la famille et la paroisse doivent accomplir le miracle d’une vie plus communautaire pour la société tout entière. »

Le pape rappelle que le Christ « a appris l’histoire humaine » par la voie de la famille : « Il est né dans une famille et c’est là qu’il a “appris le monde” : une boutique, quatre maisons, un petit village de rien du tout », raconte le pape. C’est ainsi que « Jésus a assimilé la condition humaine, en l’accueillant dans sa communion avec le Père et dans sa propre mission apostolique. »

« La communauté chrétienne est la maison de ceux qui croient en Jésus, source de la fraternité entre tous les hommes », estime le pape. C’est l’histoire de relations humaines, l’histoire de l’Église cheminant « au milieu des peuples » qui « compte pour le Seigneur », affirme-t-il. « Les grands événements des puissances mondaines s’écrivent dans les livres d’histoire, et ils y restent. Mais l’histoire des affections humaines s’écrit directement dans le cœur de Dieu. »

La famille « est très importante », car elle « est le lieu de notre initiation – irremplaçable, indélébile – à cette histoire », conclut le pape.

Avec une traduction de Constance Roques

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel