La famille d’Eleonora Cantamessa rencontre le pape François

Médecin, morte pour avoir été un « Bon Samaritain »

La famille d’Eleonora Cantamessa, une Italienne de 44 ans, médecin, tuée le 8 septembre dernier, alors qu’elle secourait un immigré indien, a renontré le pape François à l’occasion de l’audience de ce mercredi matin, 9 octobre 2013 place Saint-Pierre.

« Dans l’embrassade du pape nous avons senti sa caresse de père sur la visage d’Eleonora », confie Mariella Cantamessa, mère du médecin, à L’Osservatore Romano.

« Avec mon mari et mon fils, nous sommes ici avec beaucoup de douleur mais avec la fierté de témoigner d’un acte de générosité chrétienne », ajoute-t-elle, décidée à « faire connaître son message de service aux autres », notamment en « aidant les familles des Indiens impliqués dans la tragédie ».

A la nouvelle de la mort du médecin, le pape avait adressé un message de condoléances dans lequel il disait qu’Eleonora Cantamessa est morte en « Bon Samaritain » (cf. Zenit du 16 septembre 2013).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Pope-crowd-blur

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!