La difficile vocation d’un évêque ami des pauvres

Laurent Giustiniani, premier patriarche de Venise

Saint Laurent Giustiniani, évêque italien (1381-1456), fait partie des saints et bienheureux inscrits au martyrologe romain le 8 janvier.

Vénitien, d’une famille noble de cinq enfants, il entra à 19 ans chez les chanoines réguliers de Saint-Georges-in-Alga. Et ceci malgré l’opposition de sa mère -veuve à 24 ans-, mais grâce à un oncle chanoine qui seconda sa vocation. Il devint prieur général de son Ordre, avant d’être nommé, par le pape Eugène IV, évêque de Castello: il fut consacré le 3 septembre 1433.

Nicolas V le nomma plus tard au siège patriarcal de Grado, qui fut alors transféré à Venise: il en deviendra ainsi le premier patriarche. Il vivait en ascète et subvenait aux besoins des pauvres.

« Le pain des pauvres est préférable à une belle coiffure et à des boucles d’oreilles », disait-il aux nobles vénitiennes.

Il s’appliqua à réformer les mœurs et la discipline du clergé et stimula l’essor des communautés religieuses. Dans ses écrits sur la contemplation, on lit: « Humilité et charité: ces deux ailes de l’esprit emportent la prière jusque derrière le voile où le Verbe demeure dans le sein du Père ».

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné! Nous allons confirmer votre abonnement par courriel. S'il vous plaît vérifier votre dossier spam si vous ne le recevez pas bientôt.