L’une des grandes mystiques italiennes

Béatifiée par Pie XI

Le martyrologe romain fait aujorud’hui mémoire de sainte Thérèse-Marguerite du Sacré Cœur de Jésus, vierge (1747-1770), l’une des grandes mystiques italiennes, canonisée en 1934 par le pape Pie XI.

Au siècle, Anne-Marie Redi était originaire d’Arezzo, dans le sud de la Toscane. Elle avait dix-sept ans lorsqu’elle entra au monastère Sainte-Thérèse des carmélites déchaussées de Florence, en 1764.

Sous son nom religieux de sœur Thérèse-Marguerite du Sacré Cœur de Jésus, elle vécut pendant cinq ans une vie de prière et de pénitence, d’offrande d’elle-même et d’humilité: de son vivant déjà, elle était en odeur de sainteté. Sa course fut brève: elle mourut à vingt-deux ans, le 7 mars 1770.

Son visage nous est connu par un « portrait authentique » de la jeune sainte toscane, commandé par son père, Ignazio Redi, et conservé à la maison mère des carmélites de Rome.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!