L’Europe doit préserver son identité chrétienne

Le point de vue d’une ministre musulmane

ROME, mercredi 15 février 2012 (ZENIT.org) –« L’Europe doit avoir davantage confiance en sa chrétienté », a déclaré mardi 14 février, à Rome, la baronne Sayeeda Hussein Warsi, ministre sans portefeuille dans l’exécutif anglais, lors d’une conférence devant l’Académie pontificale ecclésiastique en présence du Corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège.

Cette conférence était organisée à l’occasion du XXXe anniversaire des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et le Royaume Uni. Mme Hussein Warsi, a représenté le premier ministre britannique David Cameron.  L’archevêque de Westminster, Mgr Vincent Nichols, a participé à cette visite (cf. Zenit du 14 février 2012).

Dans cette conférence sur « Le rôle de la religion dans le débat politique et dans les affaires internationales », la baronne a souligné la qualité des relations diplomatiques qui unissent les deux Etats, et elle a évoqué la visite de Benoît XVI  à Londres, en septembre 2010, comme « historique, importante et inoubliable ».

La ministre, musulmane, a ensuite souligné l’importance que l’Europe « préserve » son identité chrétienne, qu’elle « ait davantage confiance » en son credo religieux :  « Trop de sang a été versé au nom de la religion, mais éliminer le rôle de la religion sur notre continent serait une erreur », a-t-elle affirmé.

« Les personnes ont besoin de sentir plus fortement leurs identités religieuses » pour être encouragées à vivre en « bonne harmonie sociale », a-t-elle ajouté. 

« C’est à l’identité chrétienne de l’Angleterre que je dois le renforcement de ma foi musulmane », a-t-elle expliqué en citant son cas de fille d’immigrés pakistanais, d’abord confrontée au débat sur les disparités raciales des années 70-80  puis, après les attentats du 11 septembre 2001, à celui des «  religions » et de leur acceptation réciproque.

Cette considération est selon elle le résultat du choix de confier l’éducation de son enfant à une école anglicane, où « un fort sens de la chrétienté n’a en rien menacé » son identité musulmane.

L’acceptation réciproque entre les différentes religions n’est donc pas un moyen pour « affaiblir notre foi mais pour la renforcer », a-t-elle insisté en  renvoyant à la déclaration conciliaire Nostra Aetate sur les relations de l’Eglise avec les religions non chrétiennes.

Rejoignant le pape dans son appel à un retour des religions dans le débat public, la ministre britannique a affirmé : « Nos Etats ont beaucoup à enseigner et beaucoup à apprendre réciproquement et j’espère, ou plutôt j’ai confiance, que d’autres Etats s’uniront à nous dans cette voie ».

Enfin, Mme Warsi, a souligné le rôle déterminant de l’Eglise catholique dans des circonstances historiques délicates, de la chute du communisme, à la médiation pour la paix en Irlande du nord, jusqu’aux secours dans les catastrophes naturelles comme le tremblement de terre en Haïti ou les inondations au Pakistan.

Traduction d’Isabelle Cousturié

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!